Le WSBK 2018 en 5 questions

Roi du WSBK depuis trois saisons, Jonathan Rea pourra-t-il cueillir une quatrième couronne consécutive l’année prochaine ? C’est la question que tout le monde se pose. En attendant d’avoir une réponse, MJ fait le point, en cinq questions, sur le paddock du Superbike mondial 2018.

Départ de la prochaine saison : le week-end du 25 février ! ©Gold and Goose

Il est le seul à pouvoir se vanter d’avoir réalisé cette performance dans l’histoire du championnat du monde Superbike. En remportant la première manche à Magny-Cours avec un boulevard d’avance, Johnny Rea s’est en effet emparé de la couronne de champion du monde pour la troisième année consécutive.

Pourra-t-il enchaîner avec un quatrième titre la saison prochaine ? C’est la question que tout le monde se pose. Lors des premiers essais à Jerez, il n’a en tout cas pas levé le pied puisqu’il a signé le meilleur temps. Et il confiait aussi que son premier ressenti avec la version 2018 de la ZX-10R était bon.

Pourtant, l’année prochaine, une nouvelle règlementation technique va entrer en vigueur avec notamment une limite au niveau du régime des moteurs des machines. Et si Rea ne s’inquiète pas de cette nouvelle règle, c’est également le cas de son coéquipier, Tom Sykes. Le champion du monde 2013 a en effet avoué qu’il se sentait plus à l’aise sur sa monture par rapport à cette année.

Rea en route vers un quatrième titre ? ©Gold and Goose

1 – Kawasaki, machine à battre en WSBK ?

La sportive d’Akashi sera en tout cas la machine la plus représentée sur la grille la saison prochaine. Et certaines seront à surveiller de près. Ce sera notamment le cas du côté de chez Puccetti avec l’arrivée de Toprak Razgatlioglu. À la lutte pour le titre en Superstock 1000 cette saison, le Turc avait impressionné pour ses débuts en Superbike lors d’un test à Portimao.

Comme l’année dernière, Roman Ramos sera toujours dans le giron Kawasaki au sein du team Go Eleven. Leandro Mercado, lui, effectuera ses débuts sur cette machine. Après une saison sur l’Aprilia du team Ioda, l’Argentin a en effet signé chez Orelac pour 2018, nouvelle venue en Superbike la saison prochaine.

Présent lors du dernier Bol d’Or sur la Honda Endurance Racing où il a terminé troisième avec Grégory Leblanc et Sébastien Gimbert, Yonny Hernandez retrouvera les courses de vitesse en 2018 puisqu’il évoluera sous les couleurs du team Pedercini. Le Colombien a profité des essais à Jerez pour commencer à travailler sur sa nouvelle machine.

Marco Melandri s’est plaint du nouveau moteur lors des essais de Jerez. ©Gold and Goose

2 – Ducati va-t-il voir triple ?

Chaz Davies a sans doute été l’un des plus farouches adversaires de Johnny Rea au cours de ces trois dernières années. Et s’il a déjà terminé à plusieurs reprises à la deuxième place du championnat, Chaz a bien l’intention de franchir la dernière marche l’année prochaine. Les premiers essais ne se sont cependant pas passés comme prévu du côté du clan de Bologne.

Le Gallois s’est en effet blessé au genou lors de sa première journée de test. De l’autre côté du garage, Marco Melandri faisait lui aussi grise mine. L’Italien avouait en effet que ses premières sensations au guidon de la Panigale en version 2018 n’étaient pas très bonnes, notamment au niveau du moteur. Les ingénieurs italiens ont donc du pain sur la planche cet hiver.

Au niveau du management aussi, le travail ne manque pas. Depuis plusieurs semaines, un rumeur indique en effet qu’une troisième Ducati officielle pourrait être confiée à Michael Ruben Rinaldi. Le champion Superstock 1000 2017 n’apparaît cependant pas sur la liste des engagés pour le moment. Au contraire de Xavi Forès. L’Espagnol, proche du podium à plusieurs reprises cette saison, évoluera à nouveau sous les couleurs du team Barni la saison prochaine.

Une victoire pour Yamaha en 2018 ? ©Gold and Goose

3 – Yamaha, bientôt la victoire ?

Elle se rapproche de plus en plus de la première place. Après une première saison difficile, la R1 n’est plus très loin de monter à nouveau sur la plus haute marche du podium en Superbike. Alex Lowes et Michael Van der Mark ont d’ailleurs signé plusieurs top trois cette saison.

Pour la saison prochaine, les deux hommes seront toujours de la partie. Et avec des ambitions. Le premier test à Jerez s’est en tout cas bien passé. “C’était vraiment une séance très intéressante, avouait Alex Lowes. J’ai pu commencer à travailler avec mon nouveau chef mécanicien, Andrew Pitt. Niccolo (Canepa, ndlr) était aussi là pour nous aider. Je suis donc très content.

À l’image de la saison dernière, la firme d’Iwata équipera également un team privé avec la formation Guandalini. Pour 2018, l’équipe italienne engagera le tchèque Ondrej Jezek.

Leon Camier a réalisé de bons essais à Jerez avec la Honda. ©Gold and Goose

4 – Honda peut-il remonter la pente ?

La première saison de la nouvelle Fireblade en championnat du monde Superbike a été difficile. Entre une machine en-dessous de ses rivales en terme de performances et la tragique disparition de Nicky Hayden au cours de la saison, le premier constructeur mondial compte bien profiter de la trêve hivernale pour recharger les batteries.

Les premiers essais à Jerez ont été en tout cas été positifs. Leon Camier a notamment fait forte impression pour ses débuts sur la CBR. Le Britannique a rapidement réussi à se mettre dans le rythme en enchaînant les bons tours. “Mon premier ressenti avec la moto est bon,” déclarait-il en Andalousie.

S’il a effectué plusieurs piges cette année, Jake Gagne disputera le championnat dans son intégralité en 2018. Honda fournira également une équipe satellite la saison prochaine avec Triple M. La formation de Matthias Moser engagera un autre Américain en la personne de PJ Jacobsen.

Loris Baz sera de retour en Superbike en 2018. ©Gold and Goose

5 – Aprilia, BMW, MV, Suzuki, des outsiders aux dents longues ?

Eugène Laverty compte bien monter sur le podium la saison prochaine. En progression tout au long de la saison pour son retour en Superbike, l’Irlandais a décidé de rester au sein du team Milwaukee Aprilia la saison prochaine. Et comme en 2017, Lorenzo Savadori sera son coéquipier.

Après trois saisons en MotoGP, Loris Baz s’apprête quant à lui à débuter une nouvelle aventure avec ce retour en SBK. Le Français disposera de la seule BMW du plateau au sein du team Althea. Le Haut-Savoyard a pu prendre contact avec sa nouvelle machine lors des essais de Jerez. Et il en est ressorti satisfait. “J’ai rapidement réussi à me mettre dans le rythme,” disait Loris.

Jordi Torres, lui, a rejoint MV Agusta où il remplace Leon Camier. Toujours souffrant suite à sa chute lors de la dernière course de la saison au Qatar, l’Espagnol a tout de même réussi à effectuer plusieurs tours au guidon de la F4.

Autre changement en vue de 2018, le team Grillini a décidé de passer chez Suzuki. Une soirée de présentation a d’ailleurs eu lieu du côté de La Rascasse, à Monaco. Roberto Rolfo sera de la partie. Son coéquipier sera Gabriele Ruiu. Ce dernier ne pourra cependant pas prendre part au début de saison dû fait de son âge. Il devra en effet attendre la manche de Donington et ses 18 ans pour commencer son année. En attendant, c’est Christian Gamarino qui fera équipe avec Rolfo.

Rendez-vous le week-end du 25 février du côté de Phillip Island pour avoir un premier aperçu de la hiérarchie de cette saison 2018.

Valentin Roussel

Laisser un commentaire à the13duke Annuler

  1. the13duke le 27/12/2017 at 21 h 18 min

    Helloà ?

    Si vous nous donniez plus de détail sur le nouveau règlement ?
    En dehors de la limitation des tr/mn, ( pareil pour tous ? Les bi & les 4 ? combien de tours en fait ? ), j’ai cru comprendre en lisant une itw de Rea que DORNA met en place un système “américain” qui grèverait les perf des premiers avec quoi ? des lests ? autre chose ?
    Dites nous !!!

    1. Lauhow le 28/12/2017 at 11 h 11 min

      C’est le site d’un magasine people ici … tu trouveras ce que la mère de Marquez picole au petit dèj’, pourquoi Rossi s’est engueulé avec machin et quelle est la marque de l’after shave de Zarco … tu trouveras aussi les dernières tendances pour les gants et les casques pour scooter ….
      Mais du technique … non … pour ça ‘faut consulter des sites ricains ou anglais.
      Bon, j’arrête… la vérité n’est pas bien vue par ici

      1. the13duke le 29/12/2017 at 21 h 14 min

        Ben je vois …
        En effet.