Vidéo technique : c’est quoi Le CROSSPLANE de la Yamaha R1 ?

Vous avez bien remarqué que le moteur de la Yamaha R1 faisait un bruit différent des autres sportives japonaises genre Suzuki GSX-R ou Kawa ZX-10 R. C’est à cause de son calage Crossplane. Mais vous ne savez pas ce que ça veut dire ! Bah nous on le sait. Et on va même vous l’expliquer 😉

Retrouvez notre essai vidéo de la Yamaha R1 ici

RETRANSCRIPTION DE LA VIDEO

Le plus simple pour comprendre le calage moteur, c’est de s’intéresser aux 4-cylindres en ligne. Tout le monde connait ce type de moteur qui est l’un des plus répandu en moto.

Vous avez surement reconnu la moto, c’est la Yamaha R1. Et vous savez peut-être également que depuis 2009, Yamaha qualifie le 4-cylindres de sa R1 de Crossplane.

C’est évidemment ce terme Crossplane qui explique le bruit si particulier du moteur Yamaha.

Non c’est de l’anglais, et littéralement, ça veut dire plan en croix. C’est pas très clair, mais ça signifie simplement que les manetons du vilebrequin, c’est-à-dire les paliers sur lesquels les bielles pivotent, sont répartis en croix. Les 4 manetons sont décalés de 90° les uns par rapport aux autres.

Sur un 4-cylindres classique, les manetons sont décalés de 180° et le vilebrequin ne forme donc pas de croix. Ces différentes possibilités dans le positionnement des manetons, c’est ce qui s’appelle le calage du vilebrequin.

Il faut avoir en tête que le bruit d’un moteur comme n’importe quel autre bruit, c’est une onde de pression qui stimule nos tympans. Et dans le cas d’un moteur, l’onde de pression est produite par les explosions successives des cylindres.

Si on entend un bruit différent, c’est que l’onde de pression n’a pas la même forme, c’est-à-dire que les explosions des cylindres ne s’enchaînent pas dans le même rythme. Et c’est exactement ce qui distingue le moteur Crossplane Yamaha de tous les autres 4-cylindres à calage 180°. Ils n’ont pas le même rythme.

Ce rythme, cette répartition des explosions dans un cycle moteur, c’est qu’on appelle l’ordre d’allumage. Un cycle moteur pour un moteur 4T, ça correspond à deux tours de vilebrequin.

Le quatre cylindres en ligne classique

Dans un 4 cylindres en ligne classique, les 4 explosions sont réparties régulièrement, tous les demi-tours, tous les 180°. Dans un 4 cylindres en ligne Crossplane, les explosions ne sont plus réparties régulièrement

Et à part faire un autre bruit, c’est quoi le but ?

Bonne question. Le bruit n’est effectivement pas ce qui a motivé les ingénieurs Yamaha a développé un moteur aussi différent.

Le concept du moteur Crossplane a été développé à l’origine pour la compétition, sur la Yamaha M1 de Moto GP que Valentino Rossi pilote depuis 2004.

Il y a deux avantages théoriques au moteur Crossplane.

Le premier, c’est qu’en ayant une répartition des explosions irrégulières, il existe des “temps morts“ entre certaines explosions, plus longs que sur les 4-cylindres classiques. Ces mini périodes de repos permettraient au pneu de retrouver un peu d’adhérence lorsqu’il commence à glisser.

Le deuxième point fort du Crossplane, c’est à l’inverse la meilleure répartition des manetons de son vilebrequin. On l’a vu, les manetons sont décalés de 90° les uns par rapports aux autres sur le Crossplane, au lieu de 180° sur un moteur classique. Ce meilleur “équilibre mécanique“ permet de lisser le couple moteur lié à l’inertie de l’embiellage, et donc de procurer une meilleure connexion entre la poignée de gaz et la réponse du moteur.

Super j’ai tout pigé !


Laisser un commentaire à Fister Alain Annuler

  1. Ophil le 13/05/2018 at 13 h 08 min

    “Ces mini périodes de repos permettraient au pneu de retrouver un peu d’adhérence lorsqu’il commence à glisser.”
    Ah ah ah ! Les micros périodes de repos sur un moteur qui tourne à 20 000 rom doivent approcher de la micro-seconde : la pas intérêt à traîner le pneu pour raccrocher !
    “Ce meilleur “équilibre mécanique“ permet de lisser le couple moteur lié à l’inertie de l’embiellage”
    Ah ah ah (encore) : alors comme ça le couple serait du à l’inertie de l’embiellage ?
    Trop fort !
    (quez aco d’ailleurs “l’embiellage” ? : moi je connais le vilebrequin, les bielles et les pistons : en résumé: l’ensemble mobile)
    Bref quand on n’y comprend rien on n’écris rien !

    1. François Lemaur le 15/05/2018 at 16 h 25 min

      Bonjour,

      Merci d’avoir pris le temps de visionner cette vidéo technique. Difficile, en revanche, de vous remercier pour votre commentaire qui, vous l’avouerez, ne présente que peu d’intérêt. A moins qu’il s’agisse d’un CV pour démontrer toute l’étendue de votre génie mécanique afin de postuler chez Moto Journal. Mais dans ce cas, la forme reste à revoir 😉

      Bonne journée

      Moto Journal

      PS : l’embiellage est un terme technique pour définir l’ensemble des bielles une fois montées (Larousse)

    2. Lucas Velardo le 15/07/2018 at 13 h 54 min

      Eh oui cher monsieur.. le couple est lié à l’inertie de l’attelage mobile (oui on dit attelage mobile en mécanique) 😉 (cf. Un moteur avec pistons hautes performances, volant moteur allégé, carter sec, etc, le moteur sera très creux en bas mais donnera tout dans les tours)
      C’est bien beau de vouloir étaler sa grande connaissance, encore faut il rester en cohérence avec la physique de la mécanique 😉

  2. CLÉRIN le 17/11/2017 at 8 h 35 min

    Merci pour ces explications on ne peut”plus claires” ! Trèèèèèès intéressant ! Au moins, j’ai une idée de savoir un peu comment ça fonctionne entre mes jambes ! Trop bien !! …bon sauf que j’ai une 3 pattes “contrarotatif” (MV Brutale) Vous pourriez please ? Tina

  3. Fister Alain le 03/11/2017 at 11 h 41 min

    Je crois que Helmut Fath avait travaillé sur ce calage pour son URS

  4. Deblangy le 03/11/2017 at 11 h 22 min

    j’aurai voir en eclate le fonctionnement de ce moteur pour cela soit plus clair

    1. Jojo le 04/11/2017 at 7 h 59 min

      Tu peux faire une phrase pour que celà soit plus clair ?