WSBK : Baz signe chez BMW Althea

Après trois saisons en MotoGP, Loris Baz sera de retour en Superbike l’année prochaine. Le Français a en effet signé avec le team BMW Althea de Genesio Bevilacqua. Sur la seule S1000RR du plateau, le natif de Sallanches compte bien se battre sur le devant de la scène.

Un nouveau chapitre de la carrière de Loris Baz s’ouvre. Il sera de retour en Superbike la saison prochaine sur la BMW Althea. ©Gold and Goose

S’il savait qu’il serait de retour en championnat du monde Superbike la saison prochaine, Loris Baz n’avait pas encore annoncé ses plans. C’est désormais chose faite. Discutant pendant plusieurs semaines avec Honda Ten Kate ou avec MV Agusta, jusqu’à ce que le marque de Varèse annonce la signature de Jordi Torres au Qatar, Loris a finalement signé avec BMW Althea pour 2018.

La formation dirigée par Genesio Bevilacqua n’engagera en revanche plus qu’une seule machine la saison prochaine. Vainqueur de deux courses lors de son premier passage en Superbike chez Kawasaki, Loris compte bien se battre rapidement pour les premières places.

Des changements au niveau de la réglementation technique, notamment en ce qui concerne les régimes moteurs, vont également être instaurés la saison prochaine. Et cela rend d’ailleurs le Haut-Savoyard confiant sur ses chances de bien figurer au classement.

Althea a gagné le titre avec Carlos Checa en 2011

Loris connait en tout cas déjà bien son nouveau patron, puisque Bevilacqua le suit en effet depuis de nombreuses années. “C’est vrai, avoue-t-il. Les discussions se sont bien passées entre nous. Il a été facile de trouver un accord“.

Je sais que l’équipe est forte“, raconte encore le champion d’Europe Superstock 600 en 2008. Ils ont tout de même remporté le titre de champion du monde Superbike avec Carlos Checa en 2011“. L’Espagnol évoluait à l’époque sur une Ducati.

Loris, lui, sera le seul pilote BMW sur la grille. Les premiers essais avec la S1000RR sont d’ailleurs prévus à la fin du mois de novembre, sur le circuit de Jerez de la Frontera. En plus de découvrir sa nouvelle machine, le Français pourra aussi commencer à travailler avec son nouvel ingénieur de course, Adriano Coppola.

Valentin Roussel

Vos avis