WSBK : Johnny Rea, les dessous d’une domination

Homme fort du championnat du monde Superbike depuis trois saisons, Johnny Rea ne cesse de battre des records. Alors que la trêve hivernale se profile à l’horizon, nous vous dévoilons les dessous de la domination du pilote Kawasaki.

Rea, l’homme imbattable depuis trois saisons en Superbike. ©Gold and Goose

Il règne en maitre sur le championnat du monde Superbike depuis maintenant trois saisons. Une performance qu’aucun pilote n’était parvenu à réaliser avant lui. Il enchaîne les victoires, parfois avec une facilité déconcertante. Et ses adversaires n’arrêtent pas de se gratter l’arrière du crâne pour savoir comment mettre fin à sa domination.

Celle-ci se caractérise d’ailleurs en chiffres. Depuis son arrivée chez Kawasaki, en 2015, Johnny Rea est en effet monté à trente-neuf reprises sur la plus haute marche du podium. Au total, pendant ces trois saisons, il compte soixante-dix podiums. Et puis, cette année, Johnny s’est également emparé d’un nouveau record.

Il a en effet terminé la saison avec 556 points au compteur. La précédente marque, qui était détenue depuis 2002 par Colin Edwards avec 552 points, est donc à ranger au placard. Et un autre record pourrait prochainement tomber. Depuis ses débuts en Superbike, le natif de Ballymena a signé cinquante-quatre victoires.

Rea pourrait battre le record de victoires de Carl Fogarty la saison prochaine

Il compte 54 victoires depuis ses débuts en Superbike. ©Gold and Goose

Il pointe donc à la deuxième place, après avoir dépassé Troy Bayliss, au palmarès des pilotes comptant le plus de victoires en Superbike. Devant lui, il ne reste plus que Carl Fogarty avec ses cinquante-neuf succès. L’Australien et le Britannique n’ont d’ailleurs pas manqué de saluer les performances de Rea quand celui-ci s’est emparé de sa troisième couronne, à Magny-Cours.

Dans la Nièvre, nous avons d’ailleurs mené l’enquête sur les contours de cette domination. Fabien Foret, qui le suit depuis deux ans sur le bord de piste, pense que ses saisons chez Ten Kate, sur une Honda un peu plus en retrait par rapport à la concurrence l’ont rendu plus fort. “Et dès qu’on lui a donné une moto un peu plus performante, on a vu que ses résultats se sont tout de suite améliorés,” raconte le champion du monde Supersport 2002.

La Kawasaki est également considérée comme la meilleure machine du plateau. Coordinateur technique de la marque en Superbike depuis 2009, Fabien Raulo explique aussi que Rea a parfaitement trouvé le mode d’emploi de sa machine. “Il a un style de pilotage qui lui permet de mieux finir les courses, notamment au niveau de l’usure des pneumatiques,” avance le Breton.

Un quatrième titre est-il possible la saison prochaine ?

Seul Carl Fogarty compte quatre titres dans l’histoire du Superbike. Rea pourra-t-il le rejoindre la saison prochaine ? ©Gold and Goose

Le format d’un week-end de course a également changé ces dernières années en Superbike avec la première manche qui se déroule le samedi, en début d’après-midi. Selon Raulo, ce point a avantagé la firme d’Akashi : “pour les nouvelles machines, comme la Honda ou la Yamaha par exemple, c’est plus difficile de développer et de s’améliorer car le temps de roulage est finalement assez mince.

Une nouvelle règlementation technique va entrer en vigueur à partir de la saison prochaine. Il y aura notamment une limite au niveau du régime des moteurs des machines. Les motos montant sur les trois premières marches du podium se verront attribuer des points de concession. Les usines qui disposeront du moins de points pourront alors introduire de nouvelles pièces.

Selon les dernières indiscrétions lors des essais de Jerez, ce nouveau règlement rendrait la ZX-10R plus confortable à piloter. Nous aurons en tout cas une idée plus précise de la hiérarchie lors de la première manche à Phillip Island, fin février. En attendant, tout le monde se pose la même question : Rea peut-il empocher un quatrième titre la saison prochaine ? Il égalerait ainsi Carl Fogarty…

Valentin Roussel