MotoGP : Marquez, sa saison en cinq Grands Prix

À 24 ans, Marc Marquez a acquis il y a quelques semaines sa sixième couronne de champion du monde, la quatrième en MotoGP. Et il ne compte bien évidemment pas s’arrêter là. En attendant, MJ vous a sélectionné cinq Grands Prix clés dans la saison de celui que l’on peut surnommer “Sliderman”. Vidéos à l’appui !

Marquez, roi des Amériques ! ©Gold and Goose

1 – Grand Prix des États-Unis : Oncle Marc

C’était une histoire dont la fin était pratiquement connue d’avance. À Austin, Marc Marquez est en effet chez lui. Depuis que le tracé texan figure au calendrier du championnat, l’Espagnol y est invaincu. Et il peut également se vanter d’avoir signé toutes les poles positions.

Mais plus que le Texas, c’est avec le continent américain que Marquez entretient une véritable histoire d’amour. Quand on se penche sur ses statistiques, on s’aperçoit en effet qu’il a remporté toutes les courses disputées aux USA depuis sa victoire à Indianapolis, en 2011, alors qu’il évoluait encore en Moto2.

Ce succès, son premier de la saison, ne pouvait donc pratiquement pas lui échapper. “J’adore ce tracé,” disait-il d’ailleurs en début de week-end. Cette victoire lui permet aussi d’effacer un petit peu sa déception quant à ses deux premières courses de la saison, où il avait terminé quatrième au Qatar avant de partir à la faute en Argentine.

Marquez a encore une fois réalisé le meilleur coup stratégique à Brno. ©Gold and Goose

2 – Grand Prix de République tchèque : le stratège

Il s’était juré qu’il ne commettrait plus jamais la même erreur. En 2014, à Aragon, Marc Marquez avait en effet pris la décision de continuer avec des slicks sur une piste de plus en plus humide. Résultat, il était parti à la faute alors qu’il menait le Grand Prix. “Aujourd’hui, j’ai appris que, dans ces conditions, il faut mieux utiliser une autre stratégie,” racontait-il à l’arrivée de la course.

Il est depuis passé maître en la matière. Et il l’a montré à nouveau en République tchèque cette année. Sur une piste précaire en début de course, Marquez a été le premier à changer de pneumatiques. Une fois encore, le timing était parfait. Ses adversaires ne le reverront jamais.

Il s’impose en effet avec plus de douze secondes d’avance sur son coéquipier, Dani Pedrosa. Cette victoire, la deuxième d’affilée, lui permet également de prendre de l’avance en tête du général. En conférence de presse, après la course, Marc n’a également pas manqué de saluer la mémoire de Angel Nieto, disparu quelques jours plus tôt après un accident de la circulation à Ibiza.

Une casse moteur à Silverstone. Une première depuis 10 ans pour Honda… ©Gold and Goose

3 – Grand Prix de Grande-Bretagne : la désillusion

Emilio Alzamora se prend la tête dans ses mains. Sur le bord de la piste, Marc Marquez a du mal à croire ce qu’il vient de lui arriver. À la bagarre pour la victoire, l’Espagnol a en effet été lâché par le moteur de sa machine à sept tours du but. Une première depuis dix ans pour le constructeur de Tokyo.

La première chose à laquelle j’ai pensé, ça a été le championnat, raconte Marc quand il rentre à son stand. J’ai tout de suite tiré sur l’embrayage car je commençais à sentir la roue arrière se bloquer. Quand on est pilote, on n’aime vraiment pas perdre une petite avance au championnat de cette façon.

Surtout que, dans le même temps, Andrea Dovizioso en profitait pour signer une deuxième victoire d’affilée après son succès en Autriche. Malgré tout, Marquez préférait voir les choses de manière positive. “Cela arrive, c’est la course…

Marquez – Dovizioso, baston en terre nippone. ©Gold and Goose

4 – Grand Prix du Japon : bagarre aquatique

Quand Marc Marquez arrive au Japon, il reste sur deux victoires d’affilée. Après la casse de son moteur en Angleterre, le pilote Honda Repsol est en effet monté sur la plus haute marche du podium à Misano et à Aragon. Mais, du coin de l’œil, il se méfie toujours autant de son principal rival au championnat, Andrea Dovizioso.

Marquez n’est pas le genre de garçon à oublier. Il sait que, il y a quelques semaines, l’Italien est parvenu à le devancer en le battant dans le dernier tour en Autriche. Et, sur les terres de son employeur, Marquez compte bien prendre sa revanche. Il ne parviendra cependant pas à ses fins. En bagarre pendant toute la course avec l’Italien, Marc commet en effet une erreur au niveau du virage huit.

À l’affut, Dovizioso revient donc dans la roue du pilote Honda. Avant de porter son attaque quelques mètres plus loin. Comme à Spielberg, Marquez tente de changer le cours des choses en essayant de passer au dernier virage, en vain. “J’ai essayé… C’était en tout cas une course incroyable !

5 – Grand Prix de Valence : de la glisse au titre…

Et de six, pour Marc Marquez ! ©Gold and Goose

On n’ose à peine imaginer à combien le cœur de Julià Marquez battait à ce moment-là. Toujours expressif devant les courses de son fiston, le papa de Marc et Alex a en effet dû retenir son souffle devant cette action qui est, et restera, sans doute comme l’image marquante de la saison.

 

Alors qu’il vient de passer en tête après avoir pris l’avantage sur Johann Zarco, le pilote Honda Repsol perd l’avant de sa monture (voir ci-dessous). Mais comme à son habitude, il ne lâche rien. Et, miraculeusement, il réussit à ne pas partir à la faute en s’appuyant sur son coude.

Quand on épluche les données de cette presque-chute, on s’aperçoit que Marquez s’est maintenu sur son coude pendant cinquante mètres avec un angle de 64°. Ce n’est pas la première fois que l’Espagnol réalise ce genre d’acrobatie. Après ça, Marquez a assuré en terminant à la troisième place alors que Dovizioso, lui, partait à la faute. À 24 ans, l’Espagnol est ainsi champion du monde en Grands Prix pour la sixième fois. Le tout avec style. Le style Marc Marquez…

Vidéo de la glisse de Marquez à Valence

Vos avis