MotoGP Galbusera : « Valentino Rossi était tendu en 2016 »

Dans une interwiew donnée à la Gazzetta dello Sport, l’Italien Silvano Galbusera, chef ingénieur de Valentino Rossi depuis 2014, explique l’état d’esprit de son pilote à l’orée de la saison 2017.

Silvano Galbusera et Valentino Rossi l'année dernière aux essais de Sepang. Dans 15 jours, c'est reparti ! Photo Gold&goose.
Silvano Galbusera et Valentino Rossi l’année dernière aux essais de Sepang. Le 30 janvier, ils remettent ça ! Photo Gold&goose.

« Je vois Valentino motivé et prêt pour la bagarre » explique Silvano. « En 2016 il était préoccupé, les essais de pré-saison l’avaient rassuré, mais il n’était pas aussi relax qu’à l’accoutumée. Il savait qu’il devait se montrer prudent, et que chaque petit incident avec Marquez serait monté en épingle. Il ne pouvait pas se permettre que cela se produise. Désormais, il revient avec un seul objectif : battre tout le monde. C’est un objectif difficile à atteindre : cette saison sera dure. 

Lors des prochains essais de Sepang, nous allons commencer à comprendre où nous nous situons réellement. Si nous sommes au niveau de nos concurrents, ou si nous accusons un retard face à Honda et Ducati. Maintenant qu’ils ont progressé au niveau de l’électronique, c’est le couple Honda/Marquez qui est le plus dangereux. C’est le duo à battre. Maverick Viñales sera suffisamment compétitif pour remporter certains GP, mais n’a pas encore la constance pour briguer d’entrée le titre MotoGP. Quant à Lorenzo, je ne sais pas quel sera son niveau sur la Ducati. Il sera fort sur certains GP, mais je doute qu’il soit en mesure de se battre pour le titre. »

L’analyse Moto Journal 

Plusieurs remarques : primo, dès son entrée en fonction auprès de Valentino, Silvano Galbusera avait prédit que Rossi serait capable de décrocher un dixième titre, à l’époque où peu de personnes n’y croyaient, nous y compris. Vale a failli y arriver par deux fois, ce qui prouve que Galbusera voit clair. Secundo : Silvano a adopté la politique du clan Rossi, qui consiste à se poser en victime des tensions créées par l’accrochage avec Marquez, alors que Valentino est responsable de cette situation en provoquant inutilement l’Espagnol, puis en s’étonnant que celui-ci réagisse. Pas sport.

 

 

Réagir à cet article

  1. PIBOLO

    Sinon merci d’arrêter d’agresser notre Thomas qui à force est devenu un vieux de la vieille à MJ et qui j’espère aura la même longue carrière que Papy Lacombe sachant qu’aujourd’hui Pierre Orluc est devenu le Papy Lacombe.
    Papy Lacombe: Terme émérite décerné aux journalistes de MJ qui réussiront à faire toute leur carrière à MJ.

  2. PIBOLO

    Eh bé puté, ça chauffe et ce site s’anime enfin.
    C’est rassurant de voir autant d’animation, parce que j’étais inquiet.
    En effet, le journal dans nos boites aux lettres le 18/01 alors que le dernier date du 14/12, nous sommes dans l’inédit, j’espère que les vacances ont été bonnes, dommage qu’il n’y ait pas eu de neige par contre ce n° devrait être au top et épais comme un dictionnaire, avec plus d’un mois pour y phosphorer, je ne vous raconte pas….
    Enfin le forum qui s’anime et encore ce n’est pas la qualité des articles mais plutôt l’animosité de lecteurs qui donne de la vie car j’ai l’impression que ce site est en train de s’éteindre.
    Ça devient même un peu décevant de voir que l’hivernale va conduire un petit effectif de lecteurs aux éléphants alors que l’ancienne mouture permettait de rouler avec nos journaleux préférés une petite journée et ne contraignait qu’à poser une journée de congé au lieu de la semaine.Dommage.
    Quand à l’affaire MAROLO, il y a longtemps que c’est réglé et chacun se fera son opinion de toute façon la vérité est ailleurs….

  3. Christian1

    Bjr ,
    Je vous mets en copie la réponse de Mr Thomas BAUJARD :
    Faux, notre métier est aussi de prendre position.
    1 Surpris que cette réponse ne soit pas mise en comm pour que tout le monde en profite.
    2 Dans ma jeunesse , mon plaisir était d’aller chercher mon MJ tous les jeudis chez le libraire ( chose que TB n’as pas connu vu son jeune âge )
    Ce n’est pas avec des journalistes engagés ( ce n’est que du sport ) que je vais continuer à lire MJ
    Extrait de la charte du journaliste :
    C’est dans ces conditions qu’un journaliste digne de ce nom :
     » Tient l’esprit critique, la véracité, l’exactitude, l’intégrité, l’équité, l’impartialité, pour les piliers de l’action journalistique ; l’intention de nuire, la déformation des faits, pour les plus graves dérives professionnelles  »
    Certes , je le répètes ce n’est que du sport ( à 300Km/h quand même ) , on n’est pas dans une revue politisée ou l’on sait à quoi s’attendre mais pour moi , vous prenez une position incompatible avec votre statut de journaliste.
    Vous comprendrez aisément que votre profession n’est pas la + appréciée …..
    Ferez-vous lire ces commentaires au rédac chef ?
    Christian( permis moto avant la naissance de TB )
    Bonne route à tous ….

    1. Thomas Baujard

      Bonjour Christian.
      Petite mise au point qui t’es adressée, ainsi qu’à tous ceux qui nous dénigrent régulièrement parce qu’ils ne sont pas d’accord. Moto Journal est aujourd’hui le seul média moto Français qui traite de la moto de manière totalement indépendante, privilège que lui donne sa position de leader. Nous n’écrivons pas ce que les lecteurs veulent pour que ça leur fasse plaisir. Nous rendons compte de la réalité, sans concession, que ce soit au niveau des actus, des essais que de la compétition. Je le sais puisque je suis passé par ces trois rubriques depuis mon début de carrière à Moto Journal en 1991, en tant que stagiaire, à 18 ans. J’ai été engagé et formé par Christian Lacombe et Jacques Bussillet, qui sont deux des fondateurs du journal. Tu vois Christian, il y a presque 30 ans, je me rappelle bien prendre mon 102 pour aller chercher MJ chez le libraire d’à côté.
      Je suis envoyé Spécial pour Moto Journal sur les 3/4 des GP de la saison, et à ce titre, j’ai également le privilège de bien connaître ce monde et ses coulisses. Valentino Rossi est un pilote extraordinaire, mais c’est aussi quelqu’un qui est prêt à tout pour gagner, y compris tenter de déstabiliser ses adversaires par tous les moyens. il n’est pas le premier : Reed et Sheene firent de même il y a 40 ans.
      Tu es libre de critiquer mes prises de position argumentées, mais je n’accepte pas que tu remettes en question ma probité journalistique sous prétexte que nos avis divergent. Et comme disait Coluche, « ça fait beaucoup dix verges ».
      A bon entendeur, salut.

  4. Christian1

    Valentino est responsable de cette situation en provoquant inutilement l’Espagnol, puis en s’étonnant que celui-ci réagisse. Pas sport.

    Oh les journaleux , votre boulot c’est de relater des faits PAS DE PRENDRE POSITION

  5. Mohamed GUIRO

    Bonjour à tous,

    Merci pour le contenu de vos articles, riches en information et c’est toujours un plaisir de vous lire.

    Mais là on parle de « sport » dans le terme du « fair-play »; je finis de lire cette phrase:

    – …responsable de cette situation en provoquant inutilement l’Espagnol, puis en s’étonnant que celui-ci réagisse. Pas sport.

    Lors du grand prix d’Assen en 2015, il y a une mise en danger évidente de Marquez sur Rossi en l’envoyant dans le bac a gravier !
    Ou était le direction de la course ? Est il sport d’effectuer une manœuvre dangereuse lors du dernier tour au Pays-Bas en 2015 (Marquez sur Rossi) ?

    Ce jeu entre Marquez/Lorenzo qui visez clairement à nuire pendant tous la saison 2015 sur Rossi a était la conclusion de ce regrettable acte de Rossi.

    Je ne suis pas fan des pilotes, mais plus des marques et des innovations technologiques qui l’entoure. Mais personne n’as calmé le jeu dés le début ( je pense surtout à la FIM), qui eux sont les plus responsables en terme d’organisation, comme de la sécurité des pilotes (safety) et des teams respectives de chacun des camps.

    Donc « Pas sport. » n’est pas le terme convenus pour conclure l’interview du Chef Ingénieur de Rossi.

    Rossi le prouve à chaque fois, il est régulier, il suffit de sortir les stats, mais certains de ses concurrents sont obligés de magouiller pour essayer d’arriver à atteindre leurs but.

    Maitenant je comprends pourquoi les Ibériques n’ont pas leurs places auprès du publique dans les GP en Asie (exception du japon).

    Comme dit mon père: « Le lion en chasse ne rugit pas.  » … à méditer.

    Cordialement,