MotoGP en Autriche : Marquez en pole

Marc Marquez a signé la pole position du Grand Prix d’Autriche, à Spielberg. Le leader du championnat sait cependant que la course s’annonce rude. Après avoir dû s’incliner face à Andrea Dovizioso sur ce même circuit il y a un an au terme d’un dernier tour haletant, l’Espagnol a bien l’intention de changer la fin de l’histoire cette saison. 

Marquez a signé la pole en Autriche. L’Espagnol s’attend à une course difficile, notamment face à Dovizioso. ©Gold and Goose

C’est un épisode au scénario similaire à celui de l’année dernière qui pourrait s’écrire. Il y a un an, au terme d’un dernier tour d’une intensité aussi haute que la fréquentation d’un péage sur l’autoroute du soleil en plein mois d’août, Andrea Dovizioso était parvenu à arracher, aux forceps, la première marche du podium à Marc Marquez.

L’Italien remettra d’ailleurs le couvert quelques mois plus tard, sous une pluie torrentielle, au Japon. Et, cette année, dès le premier Grand Prix de la saison, le pilote Ducati mettra un point d’honneur, encore une fois, à devancer son adversaire espagnol. Dur au duel, Marquez n’a donc pas, pour le moment, la bonne clé pour faire sauter le verrou Dovizioso.

Mais le leader du championnat n’est pas le genre de garçon à lâcher l’affaire facilement. Alors, pour ce onzième Grand Prix de la saison, il tentera à nouveau sa chance. Et l’histoire pourrait se terminer, comme il y a douze mois, dans le dernier virage. Avec la même issue ? Après les qualifications, Marquez a pour l’instant l’avantage après avoir signé sa troisième pole position de la saison.

L’écart entre les deux hommes, cependant, est aussi mince qu’une feuille à rouler. Au chronomètre, Dovizioso s’est en effet incliné pour seulement deux petits millièmes. Jorge Lorenzo, à la lutte pour la pole jusque dans son dernier tour, pourrait, lui aussi, venir se mêler à la lutte pour la victoire. Troisième, l’Espagnol ne pointe qu’à un dixième du meilleur temps. Danilo Petrucci a pour sa part signé le quatrième temps devant Cal Crutchlow. Meilleur pilote Yamaha, Johann Zarco partira depuis la sixième place.

Les résultats complets de la qualification MotoGP

Deuxième pole de la saison pour Bagnaia. ©Gold and Goose

Moto2 : Bagnaia signe le meilleur temps devant Oliveira

La balance n’est désormais plus en sa faveur. En tête du championnat depuis la première course de la saison, au Qatar, Francesco Bagnaia a perdu les rênes du général lors du dernier Grand Prix, à Brno. Troisième alors que Miguel Oliveira remportait sa deuxième victoire de l’année, le Turinois accuse désormais un retard de deux petits points sur le Lusitanien.

Alors, en arrivant sur les terres de son employeur, Oliveira a continué à mettre la pression sur son adversaire. Dans les coulisses, cette fois. “À chaque fois, je suis toujours très bien sur les deuxièmes parties de saison“, a-t-il notamment assené avant le début des essais libres. Bagnaia, cependant, n’a pas vraiment l’air très sensible pour le moment à ce petit jeu.

Sur la piste, le pilote Sky s’est en effet emparé de sa troisième pole de la saison au Red Bull Ring avec trois dixièmes d’avance sur Oliveira. Et le Turinois a même eu le droit à une autre petite séance de sport en poussant sa moto jusque dans le paddock pendant un bon moment après être tombé en panne d’essence. Si le pétrole ne manquait pas dans la machine de Fabio Quartararo, le Français a été confronté à un problème technique en fin de séance.

C’est la batterie“, pointe le Français. Le Niçois, dont l’officialisation de son arrivée en MotoGP au sein du team Yamaha Petronas devrait intervenir sous peu, a réalisé le troisième chrono. Sur la première ligne de la grille de départ pour la deuxième fois de la saison, Quartararo a bien entendu l’intention de transformer l’essai en course. Jorge Navarro partira de la quatrième place, devant Alex Marquez. Jules Danilo s’élancera de la vingt-sixième place.

Les résultats complets de la qualification Moto2

Bezzecchi (à droite), qui a signé la première pole de sa carrière, félicite Martin, deuxième de la qualification, huit jours après s’être fait opéré de la main gauche. L’image est belle. ©Gold and Goose

Moto3 : Bezzecchi souffle la pole à un Martin héroïque

On l’imagine sur le muret des stands, le pied frétillant, les ongles pas loin d’être attaqués par ses dents. Fausto Gresini n’est pas le genre à avoir un visage placide, on peut lire ses émotions sur son faciès. Il vibre devant les différents écrans en face de lui. Et, en Autriche, le manager italien a pratiquement tout connu, de la peur à la joie, au terme d’une séance de qualification intense.

La peur, donc, pour commencer, quand Jorge Martin, huit jours seulement après son opération de la main gauche, jouait les équilibristes sur une piste à l’adhérence précaire. À Spielberg, l’Espagnol souffre. Quand il rentre, on lui appose d’ailleurs immédiatement une poche de glace sur sa main. Mais alors que la piste s’assèche, que les chronos descendent, la douleur s’estompe, un peu, pour laisser place à l’adrénaline.

À plusieurs reprises, Martin s’est emparé de la pole provisoire. S’il améliorera à nouveau son temps dans son dernier tour, le Madrilène devra finalement s’incliner pour quelques millièmes face à Marco Bezzecchi. L’Italien, qui signe la première pole de sa carrière en Grand Prix, s’est cependant rapidement tourné vers son adversaire.

Une poignée de main sur la piste, une accolade dans le parc fermé, signe d’un profond respect pour la performance de celui qui était encore, il y a huit jours, le leader du général. En rejoignant son pilote, Gresini arbore un grand trait horizontal lui barrant le visage. La joie est là. Reste maintenant une question, la plus importante. Martin va-t-il tenir la distance pendant vingt-trois tours ? Derrière Martin, Albert Arenas, troisième, s’élancera pour la première fois de sa carrière de la première ligne. Il devancera Aron Canet et Tony Arbolino.

Les résultats complets de la qualification Moto3

Valentin Roussel