Interview – Fabio Quartararo : « Il était temps pour moi de passer en Moto2 » [Partie 2]

Le Français aborde ses débuts en catégorie intermédiaire, qu’il fera cette année avec le team Páginas Amarillas HP 40. Il s’est confié à nos confrères de MotoGP.com.

Randy De Puniet te suit depuis quelques mois, sera-t-il à tes côtés en 2017 ?

Randy m’a beaucoup aidé, surtout sur la fin de saison 2016. Il m’a aidé à rester calme et à garder la tête froide malgré les circonstances qui ont été parfois compliquées. En théorie, il sera toujours présent cette saison pour continuer de me suivre et de me conseiller.

Quels sont tes objectifs pour cette première saison en Moto2 ?

Je ne veux pas encore m’avancer sur mes objectifs après quatre jours de tests seulement. Après les trois premières courses en arrivant à Jerez, je pourrai commencer à me fixer des objectifs. Évidemment, les objectifs d’un pilote sont toujours d’être devant, mais cela sera sans doute très difficile dans une nouvelle catégorie aussi disputée. Être le meilleur rookie de l’année serait déjà une très bonne chose pour cette première saison.

Interview - Fabio Quartararo : « Il était temps pour moi de passer en Moto2 »
Interview – Fabio Quartararo : « Il était temps pour moi de passer en Moto2 ». (Photo Gold and Goose)

Tu retrouveras quelques-uns de tes anciens adversaires cette saison à l’image de Navarro ou encore de Binder, Bagnaia et Locatelli. Penses-tu avoir ta carte à jouer face à eux ?

Je pense que mon style de pilotage et ma morphologie sont plus adaptés à ceux d’une Moto2 en comparaison à une Moto3 où j’avais parfois du mal à me cacher derrière la bulle. Il y a près de 5kg entre Navarro et moi et 5kg, ce n’est pas rien sur une Moto3. J’ai toutes mes cartes à jouer et je pense que je serai là pour me battre pour le titre de Rookie.

Edgar Pons sera ton coéquipier la saison prochaine. Penses-tu que son expérience puisse apporter une certaine émulation dans l’équipe ?

Edgar dispose d’une bonne expérience en Moto2. Il est certain que tout ce que je pourrai apprendre de lui, je le prendrai. Par-dessus tout, il faut que je travaille avec mon chef mécanicien. Il a beaucoup d’expérience avec de nombreux pilotes différents comme Rins, un pilote très coulé, Pol Espargaró, un pilote très agressif, ou encore Viñales qui se place entre les deux styles. Son expérience au sein de l’équipe est incroyable.

Enfin, redoutes-tu certaines difficultés cette saison, des obstacles qu’il te faudra franchir ?

C’est une nouvelle catégorie. Ce n’est peut-être pas le plus grand pas à franchir, mais cela reste l’un des plus grands. Il faut se fixer des objectifs clairs et garder les pieds sur terre. Je suis assez serein et je reste simple. Il faut que j’essaie de progresser course après course, entraînement après entraînement. Pour le moment, je reste concentré sur mon entraînement et je ne veux pas me fixer des objectifs au-delà de mes valeurs.

Vos avis

  1. Johnny Gooo le 11/01/2017 at 11 h 11 min

    Il faudra surtout faire beaucoup mieux qu’en moto 1, le bilan étant trop faible au regard des espérances d’il y a 2 ans après la victoire précoce en championnat espagnol..