EWC en Slovaquie : le GMT 94 passe la troisième

En s’imposant pour la troisième fois d’affilée, le GMT 94 ne pointe plus qu’à un point du SERT au général. Voilà qui annonce une finale particulièrement indécise dans la fournaise de Suzuka !

Troisième victoire d’affilée pour le GMT. ©FIM EWC

Ce n’est pas quelque chose qui a dû arriver souvent dans l’histoire du championnat du monde d’endurance. En remportant la première édition des 8 Heures de Slovaquie, le GMT 94 a en effet signé sa troisième victoire consécutive après ses victoires au Mans et à Oschersleben.

Longtemps deuxième à quelques secondes du YART, les hommes de Christophe Guyot ont profité d’un problème technique sur la Yamaha autrichienne pour s’emparer de la tête. Plus personne ne les reverra. Cette victoire permet aussi au GMT de revenir à seulement un point du SERT. Alors qu’il ne reste plus que les 8 Heures de Suzuka à disputer.

Sixième en début d’épreuve, le Suzuki Endurance Racing Team est parvenu à passer ses adversaires les uns après les autres au fil de ses huit heures de course. Etienne Masson passera même la Honda Endurance Racing pour le gain de la deuxième place dans la dernière heure de course. Qui sera champion entre le SERT et le GMT ? Le suspens reste entier.

Viltaïs sur le toit du monde en Superstock ! ©FIM EWC

Viltaïs remporte la Coupe du Monde Superstock

Après deux courses difficiles avec la nouvelle CBR, le Honda Endurance Racing est de retour sur le devant de la scène. Freddy Foray, Sébastien Gimbert et Julien Da Costa montent en effet sur la troisième marche du podium. Le premier top trois pour cette équipe depuis les 12 Heures de Portimao, il y a un peu plus d’un an.

Le YART termine pour sa part à la quatrième place après un problème technique au niveau de la chaîne. La formation de Mandy Kainz devance finalement la BMW du team Voelpker. Cette équipe s’empare d’ailleurs de la victoire en Superstock.

Et si le titre reste encore indécis en EWC, le rideau est tombé sur la Coupe du Monde Superstock. En tête du général avant cette épreuve, Moto Ain a finalement vu ses espoirs partir en poussière après trois heures de course. Christoffer Bergman est en effet parti à la faute.

L’équipe de Pierre Chapuis a pourtant réalisé un sacré boulot pour faire repartir la R1 mais la chute était fatale. Et avec la sortie de piste de Julien Enjolras sur la Kawasaki du Tati Team, c’est finalement le Yamaha Viltaïs Expérience qui tirait les marrons du feu.

Yannick Lucot ne préférait cependant pas crier victoire trop vite. Concentré, il fixait les écrans de chronométrage. Jusqu’à la délivrance… Équipe employant des jeunes en réinsertion, le message délivré par Lucot a parfaitement été compris. “Soyez acteurs de votre vie” ne cesse-t-il de dire. Le trophée de la Coupe du Monde Superstock est là pour en témoigner.

Valentin Roussel

Vos avis

  1. Boda patrick le 26/06/2017 at 17 h 13 min

    Je sui yamaha mais jespaire que Suzuki 1 soie champione du monde pour le repait d Anthony ouistiti r6 yamaha que jai plus cause accident amitier motard Patrick