8 Heures de Suzuka : Yamaha s’impose, le titre pour FCC

Yamaha Factory s’est imposé, pour la quatrième fois d’affilée, aux 8 Heures de Suzuka. Un record pour la marque dans l’histoire de cette course. Historique aussi, le sacre du team FCC-TSR Honda France, cinquième à Suzuka, qui remporte son premier titre de champion du monde d’endurance. 

Quatrième victoire d’affilée pour la Yamaha Factory aux 8 Heures de Suzuka. ©Yamaha Racing

La série est toujours en cours d’écriture. Et les scénaristes évoluant du côté de chez Yamaha ne sont pas mécontents de la fin du scénario. Comme lors des trois dernières éditions, les dernières pages du script leur ont en effet été favorables. Pourtant, sur la route de leur quatrième victoire d’affilée aux 8 Heures de Suzuka, un record dans l’histoire de la marque, les péripéties n’ont pas manqué.

Si, l’année dernière, le suspens avait été rapidement mis sous l’éteignoir, il s’est, cette fois, étiré un petit peu plus longtemps en durée. À la lutte pendant les premières heures avec la Kawasaki du team Green, allant même parfois au contact, Yamaha a vu la menace verte s’estomper définitivement après la chute de Jonathan Rea. Le Britannique s’est en effet fait piéger sous régime de voiture de sécurité avec des pneus slicks alors que la pluie s’abattait sur la piste.

Le dernier obstacle a, peu de temps après, lui aussi été mis de côté quand Michael Van der Mark passait Patrick Jacobsen sur la Honda Red Bull-Japan Post. Le retour officiel de Honda à Suzuka n’aura donc pas eu le dénouement espéré. Avec cette deuxième place, la marque ailée est donc toujours à la recherche d’une victoire à Suzuka depuis 2014.

Honda FCC-TSR a remporté son duel face au GMT 94 pour le titre de champion du monde d’endurance. ©FIM EWC

FCC, champion sur ses terres, à Suzuka

Troisième de cette édition, Kawasaki est dans le même cas de figure. Sauf que, pour les verts, l’attente est encore un peu plus longue puisque son dernier succès remonte à 1993. Mais, chez Honda, la déception côtoyait aussi les sourires de satisfaction. Pourtant, quand on rembobine le film en arrière, les premiers instants du team Honda FCC ont été délicats cette année. À la lutte pendant toute la course avec le GMT 94 au Bol d’or, la machine japonaise, bénéficiant du soutien de Honda France, était partie à la faute à quelques heures de l’arrivée.

La suite du film, en revanche, se déroulera sans accroc pour les hommes de Fuji San. Vainqueur des 24 Heures du Mans, après, cette fois, la chute du GMT, Alan Techer, Freddy Foray et Josh Hook allaient à nouveau s’imposer aux 8 Heures d’Oschersleben, après avoir terminé sur le podium des 8 Heures du Slovakia Ring.

Le dernier acte de ce mano à mano s’est donc joué à Suzuka. Arrivé avec dix points d’avance sur la R1 parisienne, la Honda du team FCC n’a pas tremblé au moment de conclure sa dernière scène, s’offrant ainsi, avec cette cinquième place, son premier titre de champion du monde d’endurance. À quelques mètres de là, Christophe Guyot, le patron du GMT, qui savait que le retard serait difficile à combler, referme un chapitre de son équipe. L’année prochaine, l’endurance va perdre en effet un des ses acteurs principaux, le GMT ayant décidé de se tourner complètement vers le championnat du monde Supersport. L’endurance, elle, débutera ces nouvelles intrigues sur le circuit Paul-Ricard, par le Bol d’or, le week-end des 15 et 16 septembre.

Valentin Roussel

Vos avis