Nouveauté 2018 : Kawasaki Ninja 400

La famille des petites sportives accueille une nouvelle venue en 2018. Ou plutôt une revenante, avec la nouvelle Kawasaki Ninja 400. Elle reprend ainsi le flambeau de la “300”, disparue cette année. Cadre, moteur et équipement, il y a du changement !

Surprise il y a peu de temps aux Etats-Unis en pleine phase de tests, la Kawasaki Ninja 400 est venue surprendre son monde au Salon de Tokyo. Après la disparition cette année de la Ninja 300, l’arrivée d’un nouveau modèle ne faisait plus de doute, mais on n’attendait pas autant de changements.

Kawasaki Ninja 400 2018
(Photo Kawasaki)

Petite mais plus cossue

Esthétiquement, la nouvelle Kawasaki Ninja 400 paraît tout de suite plus cossue que son aînée. La parenté avec la 650 et la grande H2 y est pour beaucoup. Derrière ses carénages très anguleux, la Ninja 400 cache un nouveau cadre tubulaire, bien plus léger que le précédent. Kawa’ annonce 8 kg de moins qu’auparavant.

Kawasaki Ninja 400 2018
(Photo Kawasaki)

Éligible A2

Une belle performance, quand on sait que le bicylindre parallèle a augmenté sa cylindrée de 100 cm3. Il cube désormais 399 cm3, et sort 45 ch à 10 000 tr/min. Une cure de vitamines bienvenue, d’autant que cette nouvelle Ninja demeure éligible aux permis A2.

La partie cycle de la Kawasaki Ninja 400, en particulier la fourche et le freinage ABS ont également été revus. Clin d’œil à la 650, la Ninja 400 hérite de la même instrumentation de bord.

Le prix de la nouvelle Kawa’ n’a pas encore été communiqué, mais il devrait s’établir entre 5 500 et 6 000 €.

Kawasaki Ninja 400 2018
(Photo Kawasaki)

Fiche technique Kawasaki Ninja 400

  • Moteur : bicylindre parallèle, 4 temps, refroidissement liquide, DOHC, 8 soupapes
  • Cylindrée : 399 cm3
  • Puissance : 45 chevaux à 10.000 tr/min
  • Couple : 38 Nm à 8.000 tr/min
  • Embrayage : multidisque en bain d’huile
  • Boite de vitesses : 6 rapports
  • Transmission finale : chaîne
  • Cadre : treillis tubulaire en acier
  • Suspension avant : fourche télescopique de 41 mm, débattement 120 mm
  • Suspension arrière : amortisseur à gaz réglable en précharge, débattement 130 mm
  • Frein avant : Simple disque semi-flottant de 310 mm, étrier à deux pistons
  • Frein arrière : Simple disque de 220 mm, étrier à deux pistons
  • Pneu avant : 110/70 R17
  • Pneu arrière : 150/60 R17
  • Longueur : 1 990 mm
  • Largeur : 710 mm
  • Hauteur : 1 120 mm
  • Empattement : 1 370 mm
  • Garde au sol : 140 mm
  • Hauteur de selle : 785 mm
  • Poids à sec : 168 kg
  • Réservoir : 14 litres

Vidéo Kawasaki Ninja 400 2018

Vos avis

  1. ETIENNE le 24/11/2017 at 2 h 49 min

    Bonjour j’ai eu la chance de posséder la zxr400 un régal:la zone rouge débutait à 14000 tours 😆 et 200 au compteur
    J’ai eu la 300 il y a peu: un peu juste mais sympa
    La Yam 250 TZR en 2 temps accrochait le 200 avec des sensations de ouf .
    Attendons l’essai de la 400 de 2018

  2. OLIVIER LECONTE le 22/11/2017 at 18 h 22 min

    Eh oui, enfin des machines “réelles”, car 200 chevaux s’exploitent sur circuit et pas par tout le monde, sur route, cela équivaut à un paquebot sur la Seine. Avec cette 400 on peut encore faire chanter le moteur alors qu’avec les superbikes on est déjà largement au-dessus des limitations et de la prudence !
    Pour moi une moto de plus de 180 kilos est une ineptie. Vive les “petites” !

  3. nico le 02/11/2017 at 22 h 59 min

    kawa ou est donc passée ta fougue d’antan ?
    Un Ninja 400 c’est bien ça rappelle l’excellent ZXR 400 , mais y mettre un bicyliindre 4temps c’est beaucoup moins bien !
    Pourquoi ne pas avoir mis un 4 cylindre, sûrement pour une question de coût et pour la nouvelle législation des permis.
    Pour rappel le ZXR 400 faisait 65 ch rien à voir avec les malheureux 45 ch de la Ninja 400.
    Vraiment dommage.

  4. Nico le 31/10/2017 at 17 h 29 min

    400 cc me parait être une sorte de cylindrée idéale pour une moto à utiliser en solo : une puissance et un couple largement suffisante pour s’amuser sur route et affronter les voies rapides occasionnellement, sans se faire de frayeur en titillant la zone rouge. Le tout avec un poids contenu, à peine supérieur à celui d’une 250.
    Et à la clé, sûrement une conso très basse et une assurance raisonnable.
    Chez Honda, le twin 500 a plus de couple, mais on sent que le moteur est un peu bridé à cause de la législation des 48 ch. Et elle pèse 25 kg de plus !

    Vivement une déclinaison roadster.

  5. le goupil le 30/10/2017 at 7 h 42 min

    a l’heure des radars omnipresents ont peu se poser la question sur des motos dépassant allégrement les 150 cv quel interet ? a part perdre ses points voir son permis plus rapidement deplus la moto ce n’est pas que vitesse et ligne droite alors personnellement meme si je peux conduire une moto full puissance j’avoue que je commence a regarder ce type de machine avec un oeil bien veillant c’est vrai que des motos de 200 cv cela doit etre le pied mais je n’ai pas le brevet de pilote et moi le paradis c’est hors autoroutes et avec des beaux virages