Occasion moto de la semaine : Benelli TNT 1130

Bien avant le look Transformer de la moto Kawasaki Z 800, celui de la Benelli TNT a marqué les esprits !

Faiseur de sensations fortes, Benelli a dérivé de sa sportive Tornado une gamme de gros roadsters atypiques. Entre bruit et performances, caractère ou petits soucis, on ne s’ennuie jamais au guidon d’une TNT !

Son 3-cylindres, dont la poussée est démoniaque, s’accompagne d’une musique enivrante. Autour du châssis en treillis tubulaire, c’est pléthore de beaux équipements : jantes et étriers radiaux Brembo, énorme fourche Marzocchi… Mais la Benelli réclame une conduite plus musclée que la majorité de ses concurrentes : une grosse moto pour gros bras en quelque sorte.

Moto benelli TNT-1130
La Benelli TNT 1130 : un gros roadster au look Bodybuildé qui ne passe pas inaperçu !

Les évolutions : 

  • Sortie en 2004
  • 2005 : Benelli décline trois versions de son roadster. Noire avec un cadre rouge, la Sport s’offre des étriers radiaux et 137 ch. Jaune à cadre noir, la Café Racer se distingue par ses guidons bracelets, sa fourche réglable, ses jantes Marchesini, une hauteur de repose-pieds ajustable et une selle monoplace. En haut de gamme, la Titanium a un habillage carbone. Elle bénéficie d’une fourche entièrement réglable, d’un poids en baisse (- 6 kg) et d’un moteur plus puissant (143 ch) dont l’embrayage travaille à sec.
  • 2006 : La Benelli TNT devient Tornado Naked Tre.
  • 2008 : La TNT 1130 reçoit une petite sœur. Moins bestiale, la 899 en est une réplique plus abordable.
  • 2011 : La TNT 1130 R160 (chevaux) use et abuse de carbone. Elle reprend l’embrayage à sec et bénéficie de disques waves, de suspensions haut de gamme et de freins monoblocs. Tarif : 15 500 € !
benelli-tnt-1130
La Benelli TNT 130 est doté d’un équipement de très bonne facture

On aime : 

  • Les sensations dantesques du moteur
  • La sonorité magique
  • Le design avant-gardiste
  • Le châssis original et rigoureux
  • Le train avant précis
  • La stabilité sur l’appui
  • Le freinage efficace
  • La garantie 3 ans, la fiabilité améliorée

 

On n’aime pas : 

  • Le rayon de braquage indigne
  • La brutalité du moteur sur le filet de gaz et l’embrayage ferme
  • Le confort de selle et le passager sacrifié
  • La conduite physique dans le sinueux
  • Les multiples défauts de jeunesse et la finition perfectible
  • L’autonomie insuffisante, la consommation élevée
  • Le bridage castrateur des premiers modèles
  • Le prix neuf élevé et la revente toujours difficile

 

La technique en détail : 

Moteur : 3-cylindres, 4-temps, injection, 106 ch (full 157,8 ch) à 10 200 tr/mn, 12,2 dAnm à 8 400 tr/mn, refroidi par eau, 2 ACT, 12 soupapes, transmission par chaîne, boîte à 6 rapports.

Partie-cycle : Cadre mixte platines alu et treillis tubulaire, fourche inversée Ø 50 mm, déb. 120 mm, mono-amortisseur arrière, déb. 120 mm, réglable en précharge et détente, frein avant 2 disques Ø 320 mm, étriers radiaux à 4 pistons, frein arrière 1 disque Ø 240 mm, étrier 2 pistons, pneu AV 120/70×17, AR 190/50×17, 13 l, 225 kg tous pleins faits.

Performances :

  • De 0 à 100 km/h :3”
  • De 60 à 100 km/h : 3”8
  • De 100 à 140 km/h : 3”6

Fiabilité :

  • Surchauffe : Sur les deux premiers millésimes, la position des radiateurs latéraux évacuait très mal l’air et le moteur chauffait. Attention au joint de culasse ! Les radiateurs ont été réorientés ensuite. Rappel a été fait pour les motos concernées. Egalement, le bouchon de surpression du radiateur, peu taré, évacuait trop facilement la pression.
  • Batterie : Toujours sur les premiers millésimes, la batterie trop modeste s’écroule très rapidement, vous laissant souvent en carafe.
  • Ralenti : Une vanne de régulation défectueuse peut provoquer un ralenti irrégulier.
  • Démarrage : Il est parfois difficile à chaud. Résolu sur les modèles récents.
  • Alternateur : Sur les premières TNT, l’alternateur pouvait se desserrer. Résolu par la suite
  • Affichage : Si la température d’eau au tableau de bord vous semble fantaisiste, allez voir du côté de la sonde.
  • Allumage : Sous la pluie, la roue avant qui arrose la bobine du cylindre du milieu peut en couper l’allumage ou les cosses oxydées ne plus faire contact une fois le soleil revenu. Le mieux est de siliconer partout où cela est possible les bobines, fils et capuchons de bougie.
  • Instrumentation : Les problèmes d’affichage au tableau de bord ne sont pas rares. En cas d’achat d’occasion hors garantie, assurez-vous de son fonctionnement et vérifiez tous les branchements électriques.

 

Revision de la Benelli TNT 130 :

  • Vidange : tous les 6 000 km
  • Filtre à air : tous les 18 000 km
  • Bougies : tous les 12 000 km
  • Jeu aux soupapes : tous les 18 000 km

 

Côté budget (R 2011) : 

  • Silencieux (carbone) : 705 €
  • Kit-chaîne : 195 €
  • Bougie : 11,90 €
  • Rétro : 70,50 € 

 

 La cote (TNT R)

  • 2013 : 11 500 €
  • 2012 : 9 500 €
  • 2011 : 8 300 €
  • 2010 : 7 400 €
  • 2009 : 6 200 €
  • 2008 : 5 400 €

 

Les notes MJ

  • Agrément : 5/5
  • Facilité de conduite : 2/5
  • Fiabilité : 2/5
  • Entretien : 3/5
  • Revente : 2/5

 

Informations pratiques :

Fabien Borromei

 

 

 

 

Vos avis

  1. Carlton le 02/07/2014 at 21 h 47 min

    Très bonne rubrique! j’aime!

    1. admin le 03/07/2014 at 9 h 48 min

      Merci !

  2. jeandemi le 01/07/2014 at 22 h 15 min

    et aussi, chaîne de distribution à changer tous les 36.000km! presque pire que les courroies chez Ducati!

    1. Pilou le 09/09/2018 at 20 h 14 min

      Il faut se renseigner, la mienne à plus de 49Mkm en usage route et piste …la chaîne de distribution est d’origine (2004)!