Furion : un moteur rotatif pour un projet de moto hybride

C’est un designer venu du Mans (évidemment…) qui nous a confié son projet 3D baptisé Furion, moto atypique alliant “le meilleur moteur atmosphérique au ratio cylindrée/puissance au monstre de couple qu’est le moteur électrique“. Marc Evenisse nous explique pourquoi il s’est lancé dans ce projet.

Furion 2

Pourquoi une moto hybride ?

Les hybrides se font rares dans le monde moto, et pour cause ils n’existent encore qu’à l’état de projet chez les grands constructeurs. (Honda et Suzuki travailleraient dessus). Les bénéfices sont multiples, une consommation allégée et la discrétion du moteur électrique en propulsion exclusive. Il y a bien sur de nombreux avantages, aussi, le modèle Furion se distinguera avec une motorisation qui va plus loin dans le concept en remettant au gout du jour le fameux moteur rotatif Wankel.

Pourquoi un moteur rotatif ?

Le moteur rotatif de type Wankel n’a fait qu’un bref passage dans l’histoire de la moto, de l’Hercules W2000 à la Suzuki RE 5 sans oublier le fameuse Norton F1 ( Steve Hislop a gagné avec lors du Tourist Trophy 1992) c’est un moteur qui consomme beaucoup et observe des soucis de fiabilité à cette époque. Malgré sa puissance et son poids très réduit (la Norton du TT de 588 cm³ affichait ~ 150 cv pour 139 kg en 1992) le moteur n’a pas trouvé grâce aux yeux des constructeurs à cause de son caractère trop pointu et segmentant commercialement.

Et pourquoi l’allier à un moteur électrique ?

Le moteur électrique quant à lui, offre des prestations quelque peu différentes, c’est un moteur qui a un rendement qui ridiculise n’importe quel moteur à combustion et qui délibère un couple phénoménal dès son activation (à contrario du Wankel). Là encore, il ne s’est guère fait remarquer dans le monde des 2 roues, le moteur n’étant pas directement mis en cause car il délivre une puissance instantanée importante et son poids/encombrement est record. Mais le conditionnement des batteries est un véritable problème. Leur rendement n’est pas assez bon, si bien que leur encombrement et leur poids substantiel enterrent assez rapidement l’idée de l’adapter raisonnablement sur une moto, jusqu’à ces dernières années…

Tu as pensé à une “hybridation complémentaire” ?

Une idée a effectivement fait son chemin, suite à l’annonce de plusieurs technologies permettant d’excellentes capacités batteries (lithiums-souffre) et à la dernière annonce de Mazda avec son « SkyActive-R» rotatif de dernière génération. Un moteur qui ne génère pas de vibrations, étant un excellent porteur avec un châssis treillis-tubulaire était un bon début. La consommation des hybrides n’étant plus à démontrer, le moteur électrique complétera également aisément le déficit de couple intrinsèque du moteur rotatif à bas régime. Et, point important, la sonorisation singulière du Wankel ne manquera pas de saisir les sentiments d’un bon nombre de motards.

Parle nous du design, puisque tu es designer, à la base…

On a donc sur le papier un concept original d’hybridation, il restait à dessiner un look qui soit dans l’air du temps. Lors de l’élaboration de nouveaux concepts moteurs (ou cycle) les designers ont souvent tendance à faire un rappel prononcé en matière de lignes sur la technologie mise en avant. Je ne l’entends pas de cette façon avec la «Furion», et si son cœur est spécifique, son enveloppe doit séduire «l’homo-motardicus» et non le technophile. Aussi, la ligne directrice du design se veut racée et un poil « badass», qui naît dans un futur proche sans volonté de briser les codes.

Furion

Comment vois-tu le comportement de la moto ?

Côté comportement, une machine facile à piloter avec un moteur onctueux en utilisation courante et rageur à haut régime. Son poids est record pour une machine emportant des batteries, avec un peu plus de 200 kg tous pleins faits. Le tout couplé à un moteur porteur sur cadre treillis avec un angle chasse de 23,5°, garant d’un excellent comportement. Techniquement, niveau maniabilité on est proche des canons actuels en matière de roadster sportif.

Quid du coût de fabrication ?

Son coût de fabrication reste raisonnable puisque l’on s’appuie sur des technologies existantes, la partie-cycle est des plus maîtrisées et le moteur électrique profite d’un bon développement au regard de ses utilisations dans l’industrie. Le moteur rotatif, avec sa dernière évolution proposée par Mazda (seul constructeur à le développer) « SkyActive-R» est assez prometteur. Kyoshi Fujiwara, le PDG Mazda a introduit l’idée de le monter sur un véhicule sans hybridation pour revendiquer ses performances. C’est un gage qui devrait être suffisant pour affirmer que ce moteur est une réelle évolution de celui de la RX8, même s’il est beaucoup question de suralimentation Turbo pour atteindre les promesses d’émission et de consommation.

Vers quel choix de batteries vous orientez-vous ?

L’interrogation reste le coût des batteries, ce qui va déterminer le choix des différentes gammes proposées. Les lithiums-souffre seraient le choix idéal au regard de leur rendement (théorique 2600 Wh/kg contre 160 Wh/kg pour le lithium-ion) mais elles restent très chères (et quelques mises au point sur les cycles restent à faire). Leur prix reste substantiel car composé de lithium, composante qui est rare et localisée sur la planète. On a alors comme alternative les batteries types sodium-ion, qui seraient très bon marché, mais les derniers tests bien que très concluant ne permettent « que» de sortir 90 Wh/kg. Actuellement, c’est peu, mais parions que ce chiffre proche des premières batteries Lithium-ions va considérablement augmenter dans les prochaines années.

Furion 3

Quelles autres technologies souhaite-vous apporter sur cette machine ?

Au niveau de ses équipements, le reste de la moto reste assez conventionnel, le bloc compteur est digital et demeure présent pour des raisons esthétiques. Il y a fort à parier dans les prochaines décennies que les futurs affichages soient virtuels. Avec les progrès de la réalité augmentée, il ne sera pas rare de voir des casques équipés de visières avec un tableau de bord en surimpression avec tous les artifices que cette technologie rend possibles. Au niveau fabrication, on peut caresser l’idée de modèles imprimés en 3D pour les petites séries, l’impression de matériaux métalliques avançant à grand pas. Un progrès qui devrait impacter sérieusement le cout de fabrication et de conception.

Parle-nous un peu de toi, tu es donc du Mans ?

J’habite à quelques centaines de mètres du circuit des 24 heures ! Je suis logiquement passionné de sport automobile et moto, mais aussi technophile. J’ai déjà quelques réalisations à mon actif : Damocles, RMS Audi… J’essaie toujours d’avoir le souci d’une plus-value technique ou technologique. Sinon je suis professeur en école d’ingénieurs et formateur en modélisation 3D chez «Makershop3D». Et puis designer indépendant, et je propose son expertise en modélisation 3D pour prototypage. Et je reste bien entendu à l’écoute de toute proposition pour l’étude et le développement de nouveaux modèles.

Site web : www.hazylight3d.com

À lire aussi...

Vos avis

  1. Fab19 le 31/08/2016 at 13 h 47 min

    Le moteur rotatif n’a pas été retenu à cause de son faible rendement.
    Si il semble sortir pas mal de CV c’est simplement parce que le calcul de sa cylindrée réelle est faux. Ca explique sa consommation en rapport avec sa vraie cylindrée.
    Donc c’est déjà très mal parti cette histoire…

  2. Le prof Turbled le 06/02/2016 at 8 h 16 min

    Merci Sergaï! Que veux tu, quand on est un prof auto proclamé, il faut bien assurer un minimum. Notes que tu peux aussi mettre la roue de vélo électrique à l’avant d’une mob.
    N’importe comment, ça restera moins improbable que le projet Furion. Ce qui ne m’empêche pas d’admirer le boulot fourni par ce designer visionnaire et volontaire.
    Si je me gausse, c’est parce que je suis fondamentalement mauvais.

    1. Marc Evenisse le 14/02/2016 at 23 h 01 min

      Merci beaucoup Le prof Turbled, des forces sont à l’oeuvre pour donner “vie” au projet. 😉

  3. sergaï le 05/02/2016 at 20 h 40 min

    Un solex deux roues motrices, donc!^^
    Génial, le prof!!!

  4. Le prof Turbled le 05/02/2016 at 20 h 21 min

    Tout ça c’est ben beau, mais on est pas prêts de la voir sur la route, cette ronfleuse bâtarde.
    Quand au moteur rotatif (de bagnole dans le cas présent), il n’est guère connu pour sa sobriété. Pour les éconocroques, faudra repasser.
    Cela dit, moi aussi j’ai un deux roues hybride dans mes cartons. Un bon vieux Solex avec une roue arrière de vélo électrique, et roule ma poule! En plus, t’as la “guibolles technologie” pour renforcer la COP 21 attitude.