Fin de l’impunité des conducteurs entre la France et l’Italie

Si vous allez rouler en Italie au guidon de votre moto, méfiez-vous car à présent, si vous vous faites flasher, le pv arrivera bien dans votre boîte aux lettres. Mais rassurez-vous, cela fonctionne dans les deux sens !

En conformité avec la directive européenne 2015/4131 , les autorités françaises et italiennes ont décidé de mettre en œuvre, à compter du vendredi 1er janvier 2016, l’échange transfrontalier d’informations, permettant de poursuivre ceux de leurs ressortissants qui commettront des infractions routières sur le territoire de l’autre pays.

Fin de l'impunité des conducteurs entre la France et l'Italie
Fin de l’impunité des conducteurs entre la France et l’Italie (Photo P Orluc)

D’abord l’Italie, après ce sera le tour de la Suisse

Cet échange transfrontalier d’informations a déjà été mis en place avec la Belgique, l’Espagne, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Pologne et la Roumanie. Un accord bilatéral spécifique le prévoit également avec la Suisse.

Depuis le déploiement des radars vitesse en France, environ 21% des infractions relevées (50% en période estivale) concernent des véhicules immatriculés à l’étranger, alors qu’ils ne représentent que 5% du trafic.

En 2015, près de 414 000 infractions constatées par les radars automatiques français concernaient des véhicules immatriculés en Italie. Le début des échanges d’informations entre la France et l’Italie a été annoncé par le délégué interministériel à la sécurité routière lors d’un déplacement dans les Alpes-Maritimes.

Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière

« Il s’agit d’une mesure indispensable pour lutter contre les excès de vitesse, cause majeure d’accidentalité routière, mais aussi d’un pas supplémentaire vers l’égalité de traitement entre conducteurs français et étrangers, que le Comité interministériel de la sécurité routière du 2 octobre dernier a voulu mieux assurer ».

Désormais, les conducteurs italiens flashés par les radars français recevront un avis de contravention, de même que les conducteurs français commettant des excès de vitesse ou des franchissements de feu rouge en Italie.

 

Cindy Belpalme

 

Réagir à cet article

  1. Bibet

    Vu le faible nombre de radars en Italie on risque pas grand chose (j’habite en Savoie)

  2. Alain

    Pour la Suisse ça au minimum 35 ans que la France donne les datas à la police Suisse. Dans l’autre sens, vu comme les Suisses font les cons du côté de Mulhouse, je pense pas; à voir.

  3. Jeepeeh

    Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière
    « Il s’agit d’une mesure indispensable pour lutter contre les excès de vitesse, cause majeure d’accidentalité routière.

    Tiens tiens, je croyais que c’était l’alcool, quand on veut racketter les citoyens lambdas, on dit vraiment n’importe quoi et surtout ils sont prêts à tout.