VIDEO : Test du casque Astone Crossmax, quelle qualité pour 159 € ?

Un casque à 159 €, évidemment ça laisse songeur. L’Astone Crossmax est passé entre nos mains (et sur nos têtes) pour un test complet. Confort, poids, normes, finitions… On vous détaille tout ça dans cette vidéo test produit !

Casque Astone Crossmax

  • Prix : 159 €
  • Tailles : du XS ou XXL
  • Coloris : noir/gris, noir/rouge

On a aimé

  • Le prix !!
  • Le confort général
  • Le look sympa
  • La visière cross qui n’empêche pas l’usage sur route

On n’a pas aimé

  • Certaines finitions (coutures qui lâchent)
  • L’écran solaire qui ne descend pas assez

Présentation du casque Aston Crossmax 

Vous êtes sur le point de goûter aux plaisirs du trail et vous recherchez un casque pour vous accompagner ? Chez Astone, le Crossmax est le modèle qui vous convient ! Cet intégral qui reprend les codes esthétiques de l’équipement aventure est plutôt du genre civilisé. Le rally raid, c’est pas trop sa tasse de thé ; lui, il vous suivra confortablement en usage occasionnel routier et pendant vos premières sorties sur chemin.

La marque française a prévu un écran assez haut et large pour optimiser le champ de vision, ainsi qu’un écran solaire rétractable. Une action sur la tirette, et vous profitez du paysage même en cas de forte luminosité ambiante. Dommage que la lentille antibuée Pinlock, pour lequel le Crossman est prééquipé, ne soit pas fourni de série. Ça l’aurait rendu plus agréable en hiver. Comme tout casque trail qui se respecte, le Crossmax dispose d’une visière pare-soleil étudiée pour limiter les turbulences. Si besoin, elle se révèle démontable : trois vis à desserrer et c’est fait !

Sur route, vous apprécierez son poids de 1500 grammes, correct pour un casque de cette gamme avec une calotte injectée. L’intérieur est démontable et lavable, un plus pour la durée de vie.

Le focus technique : la calotte injectée

L’Astone Crossmax appartient à une gamme de casques adventures plutôt accessibles côté tarif. Son secret ? Principalement l’adoption d’une calotte injectée ! L’avantage de ce genre de calotte, c’est qu’elle est intégralement fabriquée par une machine qui injecte le matériau plastique en fusion sous pression dans un moule – d’où son nom. Il suffit de quelques secondes pour que la clé de voûte de la protection du casque voit le jour ! Seule la finition est confiée aux mains expertes d’ouvriers spécialisés. Au final, ça limite grandement le temps d’intervention et donc le coût du casque.

Je vous vois venir : vous allez me dire que le plastique, c’est pas terrible côté protection. Eh ça dépend de beaucoup de paramètres en fait : comme un casque en fibre, un casque injecté répond aux normes européenne ECE 22.05, donc il résiste aux impacts imposés par les tests. Dans les faits, vous trouverez des casques injectés plus résistants que d’autres, voire que certains en fibre. Le choix du matériau de base joue un rôle : on trouve généralement du plastique ABS comme sur notre Astone ou mieux, du Polycarbonate, et encore mieux du polycarbonate renforcé de fibres. La conception de la calotte, son épaisseur et sa mise en œuvre influencent aussi directement les propriétés de protection du casque.

Vos avis

  1. Kevin le 28/07/2018 at 14 h 13 min

    Salut les gars,
    Je vais essayer de faire plus constructif que MrJoe.
    J’ai récemment fait pas mal de recherches pour un casque pour un roadtrip en partie offroad de 5000km.
    Mon budget limité m’a conduit vers le Held Makan, qui m’a semblé être un bon compromis parmis la pléthore d’offres. Je l’ai eu à 150€ car souvent en promo, c’est un casque en fibre qui me paraît intéressant…
    Un test ?
    Kevin

  2. MrJoe le 28/07/2018 at 10 h 29 min

    Plastoc, finition au ras des pâquerettes, poids et taille unique de calotte.

    C’est quoi l’intérêt de parler de bol à chiotte.