Edito : Nice guys

A lire dans Moto Journal en kiosque le 19 janvier

Le Dakar qui vient de s’achever pour la première fois à Lima vient de couronner deux motards exceptionnels. Le premier a réalisé son maxi exploit en Mini, mais porte toujours son image de motard et ses six triomphes sur Yamaha en bandoulière. Le second vient de signer son quatrième succès pour KTM sur le plus célèbre des rallyes-raids. Peterhansel et Despres sont de grands champions tricolores qui partagent un même incroyable talent au guidon, mais qui ont aussi en commun d’avoir enflammé la toile sur ce Dakar, pour deux actions décriées par les motards au nom de la solidarité qui les caractérise.

Despres a bien failli tout perdre (le Dakar et plus encore…) en chutant de façon spectaculaire dans un bourbier, dont il n’est sorti qu’avec l’aide du portugais Paulo Gonçalves… avant de planter ce même Gonçalves, dont la Husqvarna était elle aussi embourbée jusqu’au trognon, pour préserver ses chances de victoire. Ce geste a fait hurler la communauté web-motarde, avant que Peterhansel ne prenne le relais du courroux des internautes en bousculant un motard au passage d’un gué.

Le débat a évidemment aussi enflammé la rédac de MJ, mais nous sommes assez vite tombés d’accord pour convenir que ni l’un ni l’autre ne sont de « sales mecs » et que dans le feu de l’action, les réactions de ce genre de champions se portent de manière instinctive vers la quête de victoire, quitte à bousculer un peu les usages, voire les concurrents. Ce qui ne les empêche pas de faire amende honorable ensuite. « Nice guys finish second » (les gens bien terminent deuxième) ont titré les américains de Cycle News, résumant parfaitement l’état d’esprit qu’il faut parfois pour gagner. « Seule la victoire est belle », disent les cyniques. Nous dirons plus simplement qu’il ne faut pas confondre champion et héros. Et c’est plutôt une bonne nouvelle, d’ailleurs, non ? Sinon que nous resterait-il de nos exploits (le syndrome « je l’aurais mis, moi, ce but » bien connu dans le football) derrière nos écrans ?

David Dumain, rédacteur en chef

Vos avis

  1. Cloud le 19/01/2012 at 8 h 28 min

    Pour Depres, je ne prononcerai pas faute d’information précise, mais j’ai aussi cru voir des vidéos ou le portugais ou son manager ne semblaient pas apprécier le geste. Au pire c’est moche.

    Pour Peterhansel c’est DANGEREUX, ce qu’il a fait. Alors ça peut arriver mais Sait-on s’il a ensuite pris la peine de s’excuser ? C’est bien la l’essentiel. Lorenzo s’est excusé à titre postule pour de simple propos. Si Peterhansel à fait preuve d’une indifférence crasse, c’est un sale connard. Sinon juste un type humain à qui Kim arrive de fcomettre des erreurs

  2. alphapha 86 le 18/01/2012 at 10 h 44 min

    Une vidéo du débat enflammé de la rédac de MJ ? 🙂

    BRAVO pour Stéphane (très jolie prénom) et pour Cyril, perdant l’année dernière sur tapis vert 😉

  3. PIBOLO le 18/01/2012 at 9 h 46 min

    On s’en fout , l’essentiel c’est qu’ils aient gagné. De plus ils n’ont rien commis de répréhensible, d’ailleurs, mettez-vous à leur place lors de ces moments là. Pour une fois que des français gagnent , ne faisons pas la fine bouche. J’ai plus mal au ventre quand je vois la Nouvelle-Zélande nous voler d’un point en finale avec l’aide d’un arbitre choisit par eux et avec une agression sur PARRA qui n’est pas sifflée. Pire encore quand ZARCO se fait voler sur tapis vert.
    Croyez-vous que les britanniques ou les espagnols ont des états d’âme quand-ils gagnent de façon douteuse?
    Bravo à tous les deux et remettez le couvert l’an prochain.

  4. Paul le 18/01/2012 at 9 h 18 min

    Il semblerait que tu te méprenne Raphael, Goncalvez à demandé explicitement à Cyril Depres de reprendre sa monture et de ne pas perdre plus de temps avec lui.
    Le francais s’est exécuté après avoir essayé tout de même de désembourber Goncalvez…
    Les médias se déchaînes facilement et s’accordent souvent pour dire de la “merde”…

  5. Le Concombre Masqué le 18/01/2012 at 7 h 53 min

    Même si Peter était “un peu limite” dans son dépassement sur le motard dans le gué je pense que pour Cyril, il a bien fait de repartir le plus vite possible…Seule la victoire est belle…bon si on veut! Faut pas rêver! La course c’est aussi la baston et on a encore eu cette année en GP 125 suffisamment de polémique à ce sujet! S’ils avaient perdu la cousre tout le monde dirait que s’ils n’avaient pas été Français ils auraient tout fait pour gagner blablabla…Donc un doublé Français et Cocoricoooooooooo!!!

  6. BOBU le 17/01/2012 at 22 h 14 min

    “l’incident” entre C.Depres et Goncalvez est expliqué “himself” par Cyril sur le site de Moto Verte.com.Il ne s’est pas barré comme un c.. comme le disent trop de mauvais médias,(il faut bien vendre mon cher Monsieur!!!…) puisqu”il a voulut aider Goncalvez mais celui-ci lui a dit de partir car il y avait 6 autres concurents dans la panade comme eux et qu’il se debrouillerait avec eux!!Ecoutez sa conversation telephonique,vous comprendrez mieux!!

  7. Raphael le 17/01/2012 at 20 h 03 min

    Le dakar était (je n’etais pas né) une aventure humaine, des rencontres, des paysages, une certaine éthique du sport mécanique, une réunion d’aventuriers diront certains. Moi je dirai que c’est une course à échelle humaine en ce qu’elle confronte l’homme aux rudiments de sa mécanique, un espece de Mike Giver qui part dans le désert avec en bandoulière sa “bite et son couteau”.

    Mais quand on regarde le dakar aujourd’hui, c’est une vaste entreprise, un colosse international qui a trouvé a bon compte le changement de continent, c’est plus simple de faire payer des pays en pleine croissance que d’autre en pleine guerre civile, harcelé continuellement par AQMI. J’en conviens avec qui voudra que la sécurité doit primer sur la course. Sauf que AQMI, c’est AQMi, le Maghreb quoi, pas l’afrique. Alors oui on doit se féliciter d’avoir deux champions, des maitres de l’orientation, des vainqueurs, des gagnants, tout ce qu’on veut de plus compétitif mais qu’on viennent plus s’étonner si sur nos routes on croise des abrutis qui pense qu’a eux, qu’a leur confort (si le confort est une victoire personnelle, ostentatoire même de sa réussite professionnelle) . Sauf que du haut de mes 24 piges qui ne sont finalement pas grand chose, je trouve que c’est assez triste de voir que nos sportifs ne donnent pas l’exemple, alors qu’ils pourraient en être les meilleurs publicitaires.