Edito : La quarantaine rugissante

A lire dans Moto Journal n° 2007 du 21 juin 2012(enfin l’été…)

Ils se nomment Max Biaggi, John Mc Guinness. Ils sont dans leur quarantième année et en pleine possession de leurs moyens. La preuve, ils dominent les prestigieux championnats que sont le mondial Superbike ou le Tourist Trophy. En reléguant derrière eux de fougueux minots qui ont probablement tapissé leur chambre avec des posters de Biaggi et Mc Guinness à leurs débuts, quand ils commençaient à bâtir leur légende. A l’expérience, l’un comme l’autre continuent de gagner. Ils ont su éviter les blessures irrémédiables, surmonter les coups de mou inévitables, pour imposer leur quarantaine rugissante au guidon de machines toujours plus puissantes. Car le Mac et le Max passent le plus clair de vie professionnelle à plus de 300 km/h et quand ils tombent le casque pour grimper sur un podium, ils y invitent leurs rejetons ou s’y pavanent tétine en bouche. Un dicton tenace veut qu’un pilote perde une seconde au tour par rejeton. Force est de constater que la sentence a du plomb dans l’aile…

Les redoutables chasseurs de chronos sont aussi des papas-gâteau, aux antipodes des pilotes-guerriers, même si Biaggi aime se déguiser en pirate avec sa cape noire lors des remises de prix. La moto serait-elle un jeu d’enfant pour les surdoués du guidon, ce qui expliquerait que même diminués physiquement comme Crutchlow ce week-end en MotoGP ou Greg Leblanc en championnat de France Supersport, il leur suffit de serrer les dents pour obtenir un résultat ? La réponse se trouve dans ce numéro, où vous lirez qu’un homme est parvenu à repousser ses limites physiques pour connaître à nouveau l’ivresse de la vitesse, s’accommodant de son handicap comme de sa paternité.

Peu s’en faut à ce train là que l’un des Troy (Bayliss ou Corser, triomphants quarantenaires eux aussi) reprenne le guidon pour en remontrer à de jeunes freluquets. Et si le calcul de leur compatriote Casey Stoner était d’arrêter sa carrière à 26 ans pour voir grandir sa fille paisiblement dans le bush, avant de revenir dans quinze ans ?

Vos avis