Edito : Kent (get no) satisfaction

A lire sans Moto Journal n°2021 du 18 octobre 2012

Danny Kent n’imagine pas à quel point il a fait du bien au sport moto ce dimanche. Pour la seconde fois cette année, ce pilote connu des seuls initiés et qui n’a pas encore 20 ans, a osé attaquer le leader de son équipe pour aller chercher une victoire ô combien méritée en Moto3. Ce faisant, le jeune britannique a lavé l’affront fait au sport par un pilote dans lequel coule pourtant du sang irlandais, Eugene Laverty, qui avait brusquement ralenti à Magny-Cours au cas où son chef de file, Max Biaggi, aurait besoin de points pour décrocher le titre mondial.

J’entends d’ici les stratèges et autres team-managers adeptes de la realpolitik clamer les vertus de la hiérarchie au sein d’une équipe, comme c’est la règle en Formule 1, en cyclisme. Chris Froome n’a pas eu le droit d’attaquer Bradley Wiggins au Tour de France. Son tour viendra. Danny Kent, lui, n’a pas attendu qu’on lui en donne l’autorisation pour grimper sur la plus haute marche du podium. Les casques des pilotes moto ne sont heureusement pas encore équipés d’oreillettes et Sandro Cortese a eu beau piquer sa crise à l’issue du Grand Prix, son titre n’est guère compromis. Le sponsor phare de l’équipe KTM, qui est censé donner des ailes et a récemment permis à un homme de sauter de 39 kilomètres de haut dans la stratosphère, n’ira sûrement pas contre la liberté d’action de ses purs-sangs…

Quand bien même, Danny Kent changera de boisson énergisante l’an prochain pour rejoindre l’équipe Tech3 d’Hervé Poncharal, dont les pilotes phares se passent et se repassent à chaque Grand Prix sans autre mot d’ordre que de donner le meilleur d’eux-mêmes, quitte à donner des sueurs froides à leur manager.

D’autres sports bien plus populaires que la moto souffrent trop d’arrangements (les basketteurs espagnols perdant volontairement un match aux Jeux Olympiques pour éviter les USA avant la finale, pour ne citer que cet exemple…) pour que nos champions se permettent la moindre entorse… à l’esprit sportif.

David Dumain, Rédacteur en chef

 

Vos avis

  1. PIBOLO le 19/10/2012 at 8 h 33 min

    Pas d’accord avec ça!!! Pour le cas de DANNY KENT, il n’y avait pas de risque de priver CORTESE du titre qui est pratiquement acquis. Mais pour MAX BIAGGI, bonjour le team manager, qui va aller expliquer à APRILIA et à ses sponsors qu’il a raté le titre faute de ne pas avoir passé la consigne au coéquipier de rendre la main afin de préserver une hypothétique 4ème ou 5ème place, c’est à dire rien.
    Parfois je me pose la question de savoir si vous êtes conscients de ce que vous dites, surtout DD avec son expérience de la compétition.
    Vous imaginez le tableau,” bonjour Mr APRILIA, nous avons laissé le titre à SYKES parce que ce n’est pas notre politique de donner des consignes de course et nous avons préféré ne rien gagner cette année.”
    Autant lui demander d’investir des millions pour rien.
    C’est depuis le début de la saison que LAVERTY devait se mettre en avant, pas quand MAX est en tête du championnat.
    Ok s’ils avaient joué le titre entre eux,comme TECH3 en 2000, mais pas dans ces circonstances.
    Je ne vois pas où est l’affront, surtout quand c’est écrit dans le contrat.Quant à REDBULL c’est contre la liberté du team manager qu’ils n’iront pas.

  2. MISTER NO SOCKS le 18/10/2012 at 18 h 06 min

    En plus DD tu as oublié le hand-ball Français avec l’affaire qui a fait
    un peu de bruit.
    La Française des jeux nouvelle boisson énergisante pour le portefeuille.
    Quand on a soif d’argent meilleure potion actuelle !!!!!!!!!!!!!??????????.

  3. Luckygex le 18/10/2012 at 15 h 02 min

    Au moins là y’a eu de la bagarre en piste… pour les paddock ces Cortese (et Marquez) paieront bien un jour leur pilotage agressif
    Comprend pas non plus, avec le nombre de points d’avance: faut les mater ces jeunes!