Edito : Ciel, mon wheeling

A lire dans Moto Journal n° 2008 du 28 juin 2012.

L’un des héros de mon lycée était un type qui parvenait à faire toute la côte en roue arrière au guidon de sa XT 600. Je le guettais le mardi après-midi, à la faveur de ma place près de la fenêtre en histoire-géo. La pétarade du mono se produisait peu après le début du cours, entre 15 h 10 et 15 h 30, en fonction du temps qu’il avait réussi à passer à raconter ses exploits à l’arrêt de bus, avant de remettre son bandana rouge sur son nez et de filer en équilibre, la roue au ciel.

Chacun conserve dans un coin de sa tête le moment où la magie de la moto a fait son œuvre. Un instant clé pour soi, insignifiant pour le motard qui a inoculé le virus sans le savoir. Pour ma pomme, le wheeling a toujours été une fin en soi au guidon, quand certains ne raisonnent qu’en terme d’angle, d’autres ne voient que la vitesse, ou vouent un véritable culte au son émanant de l’échappement. L’aboutissement étant que tout cela compte au final, évidemment, ce qui fait de vous un authentique mordu de moto. Mais pour parodier une pub optique, ça c’était avant.

Une simple balade de la rédaction avec plusieurs machines dernier cri a failli briser mes derniers rêves (j’étais déjà rentré dans le rang question vitesse et bruit, il ne me restait que les clowneries). J’ai eu l’air malin à faire cirer l’embrayage de la toute nouvelle Honda Crosstourer, de pourtant 1 200 cm3, que je n’ai réussi à lever que de quelques centimètres, l’électronique me rappelant sèchement à l’ordre.

Antipatinage, mon p’tit gars, on reste les deux roues au sol. C’est en évoquant ma mésaventure avec le hardi Matt Mekatrix que j’ai appris comment déconnecter l’ABS de la NC 700 S : en wheeling, pardi, les capteurs entre roue avant et arrière mettant cette satanée électronique en défaut. Ce qu’il faut pas faire pour se marrer… Même si l’ABS se venge des rigolos dans mon genre en leur refusant les stoppies (roue avant, l’enfance de l’art !). Faut pas trop rigoler tout de même…

 

David Dumain, rédacteur en chef.

Vos avis