V’là aut’chose, manquait plus qu’ça, ils ont osé : la Fête de l’Autoroute, ça existe !

Nous venons d’être invités à la présentation à la presse de la première et prochaine Fête de l’Autoroute… autoDans l’attente de plus de détails concernant cette aimable sauterie, on n’a pas pu s’empêcher de faire dans le dubitatif moqueur et de lâcher la bride à notre aversion fondamentale pour cette voie inepte et moche…

Quoi, nous inviter à festiner l’autoroute ? Célébrer ce ruban exorbitant qui est aux petites routes ce que la maison d’arrêt est à la chaumière bucolique ? S’esbaudir de cet espace clos, propice aux fourbes radars de tout poil, aux sandwichs infâmes, aux tarifs prohibitifs, aux désespérantes rectitudes, aux aires tristes et aux bouchons dominicovespréaux ? Fi !

Si j’en crois le visuel ci-contre, il s’agirait d’ouvrir ce triste goudron aux circulations dites douces et aux clairons.. Etrange ouverture, non ? Qui pourrait avoir envie de s’infuser un ride en bike ou roller sur une motorway, fût-elle débarrassée de ses véhicules thermiques, quand tant de petits chemins qui sentent la noisette s’offrent aux roues avides de rallongis bucoliques ?

On vous en dira plus dès qu’on en saura davantage… Mais si le slogan de la FdlA est “l’autoroute est à vous”, nous, on le rectifie direct en un cinglant “l’autoroute est tabou” !

Sainte Sanéphie, patronne des guichetières d'autoroute, lance les invitations à la première FdlA !
Sainte Sanéphie, patronne des guichetières d’autoroute, lance les invitations à la première FdlA !

 

Laisser un commentaire à matthgo Annuler

  1. burni le 20/04/2016 at 17 h 16 min

    voila! la”bonne” réaction des motards! vous aurez la bénédiction de tous! là sa fait mal!

  2. matthgo le 20/04/2016 at 8 h 36 min

    Si les vélos sont sur l’autobeurk et pas dans les cols moi ça me fait des vacances 🙂

  3. le prof Turbled le 19/04/2016 at 19 h 58 min

    Ah cher Maître! Comment est ce possible que ce soit un mécréant comme moi, si peu pédagogue, et de peu d’instruction, seulement habité par le souci du nécessaire respect de la vérité et de sa transmission aux générations futures, qui se retrouve en position de vous éclairer sur ce point capital de notre histoire, qui par la malice d’un artiste, réuni sur une même toile croyances religieuses ET progrès social.
    Sur cette œuvre picturale, par ailleurs de facture classique, nous pouvons donc ici voir représentée:
    -Marie Madeleine guidant les pharisiens enthousiastes vers la bi-route des congés payants.