Banqueroute pour Bimota

Logo Bimota
Nouvelle banqueroute pour Bimota, après celle de 2001.

Selon toute vraisemblance, la marque Bimota, née en 1973 du côté de Misano, en Italie, a fermé les portes de son usine la semaine dernière. Un nouveau rebondissement dans l’histoire de la firme transalpine, qui avait déjà connu pareille déconvenue en 2001.

La rentrée 2017 aura donc été fatale à Bimota. La petite firme, basée à Rimini, à l’Est de San Marin, semble avoir fermé ses portes de manière définitive la semaine dernière. Une nouvelle regrettable mais également peu étonnante compte tenu des difficultés financières de la marque transalpine. En France, il ne s’est vendue qu’une seule Bimota sur le premier semestre 2017… c’est peu, pour un catalogue qui comporte à l’heure actuelle six modèles !

Bis repetita

L’histoire se répète donc tristement pour Bimota. Fondée en 1966 et à l’origine spécialisée dans la climatisation et le chauffage, la firme italienne produit sa première moto en 1973 : la HB1. “H” pour Honda, fournisseur du moteur et “B” pour Bimota, fabricant du châssis. Il en sera ainsi pour tous les modèles qui suivront. BMW, Ducati, Harley, Suzuki, Yamaha, fourniront, entre autres, la marque italienne. Jusqu’à aujourd’hui pour BM’ et Ducat’.

Nouveauté motos 2015 : Bimota BB3
La BB3 était une nouveauté de 2015. (Photo Bimota)

Une V-Due en course

La V-Due, produite en 1997, demeure à ce jour le seul modèle à avoir été fabriquée entièrement “maison”. Pensée pour la course, cette emblématique 2-temps, dont nous avions déjà parlé dans notre top 10 des motos 2-tempsn’a pas supporté l’arrivée de l’injection pour l’homologation sur route, obligeant Bimota à reprendre beaucoup de modèles vendus. L’opération aura finalement raison de la firme transalpine en 2001.

Avis aux acquéreurs…

Racheté par un géant de l’industrie pharmaceutique, l’Italien redémarre sa production en 2005. Malgré la reprise du développement et les nouveautés, la situation financière se complique. Même si l’usine semble avoir aujourd’hui fermé ses portes, rien ne dit que l’histoire ne se poursuive pas de nouveau grâce aux investissements d’un nouvel acquéreur.

Vos avis

  1. MANU85 le 07/09/2017 at 10 h 32 min

    Le prix excessif qu’était appliqué à la gamme de modèle s’explique par l’utilisation de matériaux nobles (carbone, aluminium) et les techniques spécifiques d’usinage, l’utilisation de périphériques de grandes marques (Ohlins, Marchesini, etc…) Toutes les motos sont assemblées à la main.

  2. Nico le 06/09/2017 at 14 h 31 min

    Et si un certain VR du coté de Misano reprenait la marque ??? je dis ça, je dis rien … L’histoire serait belle

  3. Dulieu Claude le 06/09/2017 at 8 h 33 min

    Avec cette fois le bon reglage …!
    Marché(Etude) Motivation(Sang neuf) Moyen(Finance)…
    pourquoi pas…
    C HD

  4. Lau le 05/09/2017 at 22 h 53 min

    Dommage

  5. Alexis le 05/09/2017 at 21 h 38 min

    C’est quand même dommage que des magasine qui touchent un large public ne parle pas davantage de ces petites marques alternatives qui peuvent proposer de bonnes motos également. Je ne connaissais même pas la marque … Triste nouvelle

    1. Rémi Darodes le 06/09/2017 at 8 h 34 min

      L’histoire de Bimota est faite de tumulte… Nous vous préparons une petite rétrospective de la marque pour vous en raconter plus #Rémi

    2. Stefano le 06/09/2017 at 14 h 13 min

      Le grand souci de Bimota c’est aussi le prix. Avez-vous vu les prix de ses motos? Je crois qu’ils visaient trop/très haut.
      Très belles motos.