Alexis Masbou, Anthony Delhalle, Louis Rossi et Loris Baz à cheval !

Les quatre pilotes motos ont enfourché une nouvelle monture, ce jeudi 24 mars. Avec les cavaliers Jérôme Guéry, Julien Epaillard, Marc Boblet et Jacques Ferrari, un échange bien sympathique a eu lieu dans les écuries du Pole Européen du Cheval et dans les paddocks du circuit de Maison-Blanche. Extrait.

Ils étaient beaux, nos pilotes, dans leurs costumes de cavaliers avec leurs pantalons près du corps et leur bottes montantes. Loin des combinaisons, des circuits, des odeurs d’essences, nos quatre mousquetaires, Louis Rossi, Loris Baz, Alexis Masbou et Anthony Delhalle, ont pu apprivoiser une nouvelle forme de chevaux au Pole Européen du Cheval, dans la banlieue mancelle. Pour plusieurs, en cette matinée du jeudi 24 mars, c’était une première fois.

Anthony Delhalle (à droite) avec Marc Boblet juste avant son tour à cheval. (Photo ACO)
Anthony Delhalle (à droite) avec Marc Boblet juste avant son tour à cheval. (Photo ACO)

Alexis Masbou a été le premier à commencer. Le but du pilote albigeois était de faire un demi-tour sur son cheval au galop. Bénéficiant des conseils de Jacques Ferrari, le représentant de la marque Peugeot en Moto3 a énormément progressé au fur et à mesure, sans pouvoir toutefois atteindre son objectif. Un peu plus tard, Anthony Delhalle rentrait en piste. Le pilote du SERT devait faire piaffer son cheval. Si les débuts ont été délicats, le protégé de Dominique Méliand a pris beaucoup de plaisir par la suite. À tel point qu’en fin de journée, il avait encore envie de faire du cheval. Pour Loris Baz, ce fût vraiment la toute première fois aux manettes d’un canasson. Le grand Loris a cependant impressionné ses camarades et son tuteur, Jérôme Guéry. “Au moins, ma copine, maintenant, elle va être contente, je vais pouvoir venir me balader avec elle“, se marrait le pilote Avintia en MotoGP à sa descente de cheval. Enfin, Louis Rossi, qui a déjà l’habitude de monter, a réalisé un parcours d’obstacles sans faute !

L'après-midi, pilotes et cavaliers se sont rendus sur le circuit de Maison-Blanche, juste derrière le Bugatti. (Photo ACO)
L’après-midi, pilotes et cavaliers se sont rendus sur le circuit de Maison-Blanche, juste derrière le Bugatti. (Photo ACO)

L’après-midi, la joyeuse troupe se rendait sur le circuit de Maison-Blanche, à quelques encablures du Bugatti. Tout d’abord, Damien Saulnier, le patron du Junior Team Suzuki, commençait avec un rapide briefing sur le pilotage, comme le passage des virages, mais aussi sur les différents drapeaux pouvant être employés sur le circuit dans le cadre du sublime Porsche Experience Center. Quelques minutes plus tard, dans la pit-lane, les moteurs rugissaient déjà. Nos cavaliers, Jérôme Guéry, Marc Boblet, Jacques Ferrari et Julien Epaillard, se retrouvaient désormais dans la peau des débutants. À Maison-Blanche, un cavalier a vraiment impressionné son monde sur une Yamaha R1. Julien Epaillard a en effet très bien roulé pour une première, ce que n’a pas manqué de faire remarquer son coach, Louis Rossi qui, lui, roulait avec la Yamaha du GMT 94. Jérôme Guéry, qui n’avait jamais posé ses fesses sur une moto, s’est bien défendu au guidon de sa Honda CBR 600 aux couleurs de l’ACO avec l’aide de Loris Baz et sa Ducati Panigale. Même performance du côté de Marc Boblet, à l’aise pour une première sur sa Suzuki GSX-R en bénéficiant des conseils avisés de Anthony Delhalle qui pilotait la Suzuki du SERT. En revanche, ce fût un peu plus dur pour Jacques Ferrari qui est notamment sorti large dans le dernier virage du dernier run au guidon de sa 600 CBR. Le voltigeur, qui avait comme coach Alexis Masbou sur une R1, a tout de même réussi à poser le genou !

Alexis Masbou en plein partage avec Jacques Ferrari. Le Mans Passion Share 2016 a été une réussite. (Photo ACO)
Alexis Masbou en plein partage avec Jacques Ferrari. Le Mans Passion Share 2016 a été une réussite. (Photo ACO)

Mais l’essentiel était ailleurs. Sans parler des performances et des défis, c’est vraiment la bonne ambiance qui régnait sur cet événement qu’il faut retenir. Le partage de ces deux sports, l’équitation et la moto, en même temps si proches et si loin, a été réellement intéressant. Les cavaliers et les pilotes peuvent en témoigner. Des sourires, des blagues et des bonnes tranches de rigolades, c’était ça cette édition 2016 du Le Mans Passion Share.

Pour en savoir plus sur cet échange, rendez-vous dans la version papier de Moto Journal.

Au Pole Européen du Cheval et au circuit Maison Blanche, Valentin ROUSSEL

Vos avis