TRIUMPH

C’est en 1902 qu’apparaît la première motocyclette Triumph à Coventry, dans le West Midlands en Angleterre, non loin de Manchester. Le premier moteur de la marque créée par Siegfried Bettman et Mauritz Schulte (tous deux allemands) est un monocylindre de 363 cm3, avec une distribution à soupapes latérales. La marque se développe, augmente la cylindrée de ses modèles et finira par fournir l’armée britannique durant la première guerre mondiale (près de 30 000 motos…).
Après la guerre, l’ingénieur Val Page popularise le fameux « vertical twin » qui sera emblématique de la marque, mais c’est Edward Turner, le gourou de la marque, qui concevra le fameux moteur bicylindre très compact de la Speed Twin de 498 cm3 présentée en 1937.
La seconde guerre moniale sera dramatique pour la marque à cause du bombardement de l'usine Triumph à Coventry en novembre 1940. les productions sont ralenties durant la construction d'une nouvelle usine à Meriden en 1942, ce qui n’empêche pas Triumph de fournir 50 000 motos aux forces britanniques durant la seconde guerre.
En 1949, Triumph intègre le groupe BSA (qui a déjà absorbé Ariel et Sunbeam). La même année sort sort la Trophy TR5 produite pour les compétitions tout terrains. C’est en 1956 que Triumph bat le record mondial de vitesse à Bonneville, où Johnny Allen atteint 345 km/h sur son bicylindre Thunderbird de 649cc. Le nom de Bonneville ne sortira plus du patrimoine Triumph, qui lorgne depuis la fin de la guerre sur le marché américain. Une T120 baptisée « Bonneville » est produite en série dès 1958 en mémoire du fameux record. Dix ans après cet exploit, la marque britannique se trouve un autre nom de modèle mythique après sa victoire aux 200 Miles de Daytona grâce à Buddy Elmore sur une T 100 de 500 cm3 en 1968.
Mais la marque ne parviendra pas à prendre de vitesse les Japonais au début des années 70, malgré de beaux projets dans les cartons. Mais le groupe BSA tergiverse et la Trident arrive avec un retard considérable. Les ventes sont mauvaises, les ouvriers occupent l’usine de Meriden pendant 18 mois et la marque agonise lentement jusqu’en 1980.
C’est trois ans après la fermeture de la marque que l’homme d’affaires John Bloor rachète les licences Triumph et fait renaître la marque de ses cendres. La production est transférée à Hinckley, dans le Leicestershire, et la firme se met à produire des moteurs à trois-cylindres (comme la Trident), qui deviendront sa marque de fabrique. En 1990 : Triumph présente ses six nouveaux modèles 3 et 4 cylindres au salon de Cologne, les Daytona 750 et 1000, les Trophy 900 et 1200 et les Trident 750 et 900. Puis arrive le trail Tiger en 1993, et la fameuse Speed Triple en 1994. Triumph décline ses modèles en s’inspirant du savoir-faire japonais, avant de véritablement retrouver une forte identité après un énorme incendie de l’usine l’année du centenaire de la marque. C’est alors que Triumph décide de présenter une très originale Rocket III dotée du plus gros moteur de la production actuelle 2 294 cm3. Les Bonneville dotées du vertical twin d’antan sont déclinées à toutes les sauces et en 2006, la Daytona dotée d’un tout nouveau trois-cylindres 675 cm3 parvient enfin à battre les japonaises sur le terrain du supersport. Ce moteur extrêmement vif assurera l’énorme succès commercial de la Street Triple, un roadster à l’esthétique copiée sur la « grosse » Speed. Sur sa lancée, Triumph a relancé les Tiger en version 800 en 2010.

 

LES NEWS TRIUMPH

Triumph présente ses nouveaux modèles Modern Classics 2014

Triumph dévoile ses nouveau modèles Modern Classics 2014 et opère un « retour vers le futur » avec ses Bonneville, Thruxton et Scrambler qui présentent notamment de nouvelles couleurs. Bonneville – chic et racée La roue avant coulée de 17 pouces de la Bonneville de (...)

Triumph Daytona 675 R, plus forte que jamais !

Pour 2013, la Triumph Daytona 675 R s'offre un nouveau châssis et un moteur revu en profondeur, pour asseoir un peu plus sa suprématie. Très peu d'éléments en commun avec la Daytona 675 R de 2012, mais un caractère toujours présent : la Triumph Daytona 675 R 2013, que (...)

Nouveauté 2013 : Triumph Street Triple 675 (R)

LES VIDEOS TRIUMPH



Une Daytona en moissonneuse-batteuse...

Le circuit d'Issoire n'est pas connu pour ses dégagements. Du coup, une sortie de piste se transforme rapidement en labourage de champs ! La (...)

 

Duel de pilotes en Daytona

Jason DiSalvo et Elena Myers, deux pilotes de la Castrol Speed Academy se tirent la bourre sur piste en Daytona. Des images vraiment sympas (...)

Il peint un café racer Triumph

La vidéo officielle des Tridays 2013 de Triumph

Moto vs Auto : la bataille du drift recommence

Match sexy : Deux Triumph et un mannequin russe !

C'est quoi l'esprit Café Racer ?

Stunt Cross dans les bois

Essai Triumph Speed Triple R

Petit périple sur l'île de Man

Stunt: Razerback is back

Le monde de la moto vu par Marjolaine

ANNONCES MOTO OCCASION TRIUMPH

 

Toutes les annonces moto TRIUMPH

 

LE MOT DE LA MARQUE

 



 

 

 

LA NEWSLETTER

E-mail :

(obligatoire)

Nom :

(obligatoire)

Code postal :

(obligatoire)

Recevoir des infos de Moto Journal

Recevoir des infos de nos partenaires

MOTO JOURNAL

Moto Journal n°1968

GP Plus # 4

Hors Série Moto Journal - GP Plus # 4

Hors-série Toutes les Motos 2015

Hors Série Moto Journal - Hors-série Toutes les Motos 2015

Hors-série Comparos 2014

Hors Série Moto Journal - Hors-série Comparos 2014



avec  Moto 85



Le réseau Motor Presse International
Allemagne : motorradonline.de | Hongrie : motorrevu.hu | Pologne : motocykl.mpp.pl | Roumanie : universmoto.ro | Rép. Tchèque : motocykl-online.cz | Suisse : toeff-magazin.ch | Espagne : webmotociclismo.com | motomercado.es | lamoto.es | webscootermania.com | actionteam.es | Portugal : actionteam.com.pt | Brésil : motociclismo.terra.com.br | Mexique : motociclismoonline.com.mx



Copyright © MOTOR PRESSE FRANCE