Essai Ducati Scrambler Sixty2 : Dans l’air du temps

Ducati Scrambler Sixty2 essai
On craque d’abord sur le look du petit Scrambler, avant de constater une évidente facilité de conduite. (Photo Alex Krassovsky)

Pour ce nouvel opus de nos essais “A2”, nous avons choisi une moto naturellement éligible aux jeunes permis : la Ducati Scrambler Sixty2. Certains y verront une simple moto de bobo sans chevaux; mais nous préférons y voir une parfaite petite brêle pour rouler sagement avec style.

A lire aussi, les essais Ducati Monster 797 “A2”, Indian Scout Sixty “A2” et KTM 1090 Adventure “A2”

Même pas besoin de brider le Scrambler Sixty2. La plus petite des Ducati ne délivre que 41 ch avec son twin gentil de 400 cm3 et s’ouvre ainsi naturellement aux titulaires du permis A2. Certes, ce n’est pas énorme, 41 ch… C’est 34 de moins qu’un “vrai” Scrambler doté du twin 803 cm3 (75 ch). Vous pensez que cette moto à allure de trail rétro se traîne en queue de peloton ? Que nenni !

Belle petite brêle

Le petit Scrambler est tout ce qu’il y a de plus sain malgré ses gros pneus sculptés, sa roue avant de 18 pouces et son simple disque. Un modèle parfaitement étudié pour faire ses premiers pas sur une vraie moto. Une vraie belle moto, agréablement finie, même si des économies ont été consenties face au gros Scrambler. Notamment sur le freinage et les suspensions.

Ducati Scrambler Sixty2
Le petit Scrambler offre une belle finition, juste un cran en-dessous de son grand frère. (Photo Alex Krassovsky)

A l’aise en ville

L’effet esthétique reste identique, avec le charme d’une petite meule sympa, jolie, facile à apprivoiser. La selle n’est pas trop haute (790 mm) et l’on se sent vite à l’aise avec ce large guidon en mains. Bon, comme toutes les Ducat’, le Scrambler Sixty2 pourrait braquer un peu mieux et se faufiler plus facilement entre les voitures avec un guidon un plus étroit. Reste qu’elle est plutôt à l’aise en ville, freinant correctement, avec un ABS discret et efficace au cas où.

Ducati Scrambler Sixty2
Avec 41 ch, le Sixty2 s’ouvre naturellement aux jeunes permis.
(Photo Alex Krassovsky)

Scrambler Sixty2 à la cool

Le bicylindre du Scrambler Sixty2 est assez souple pour accepter de reprendre à 2 000 tr/mn sans hoqueter. Il conserve un brin de caractère à bas régimes, histoire de coller à l’ADN Ducati. L’injection pourrait toutefois être un peu plus douce pour rassurer un débutant à l’ouverture des gaz.

Ducati Scrambler Sixty2
Le petit bloc d’instrumentation n’est pas assez complet.
Il manque notamment d’une jauge d’essence !(Photo Alex Krassovsky)

Calme plat

Côté sensations, le twin italien reste timide. Même en circulation urbaine, on se retrouve vite avec la poignée tournée à fond pour doubler une voiture. Il ne faut d’ailleurs pas hésiter à rempiler un ou deux rapports pour assurer rapidement la manœuvre. La courbe de couple de ce moteur est d’une étonnante planéité, quasi constante de 2 000 à 10 000 tr/mn avec 34 Nm de bout en bout. Frustrant pour un motard expérimenté, mais rassurant pour un débutant.

Ducati Scrambler Sixty2
Il faut sortir la clé à griffe pour modifier le réglage du ressort du combiné.
(Photo Alex Krassovsky)

Rigolo dans le sinueux

Assurément, le Scrambler Sixty2 est fait pour être conduit en mode tranquille, même si l’on peut accrocher un petit 160 km/h avec un vent favorable. Dans le sinueux, le petit Scrambler se révèle agile, rigolo, pas trop mal suspendu, mais la selle reste trop molle et trop inclinée. Résultat, elle vous fait glisser sur l’avant.

Malgré ces quelques critiques, la Sixty2 est une moto attachante, agréable à conduire, amusante sur les petites routes, pratique en ville. Ou comment débuter avec le sourire.

Bertrand Thiébault

Ducati Scrambler Sixty2
Derrière son look tout droit sorti des années 70, la Sixty2 n’offre pas un accueil 3 étoiles. (Photo Alex Krassovsky)

Ducati Scrambler Sixty2 :

  • 7 990 €
  • 41 ch
  • 183 kg avec les pleins (constructeur)

Vos avis