Essais : KTM 1290 Adventure R, sur les traces du Dakar

Pour nous faire essayer la dernière 1290 Super Adventure dans son ultime version R, KTM nous a donné rendez-vous dans le désert Péruvien, sur les traces du Dakar.

Impressionante

A l’arrêt, la KTM impressionne. On est loin de la fluette moto d’enduro pensée pour le tout terrain. Assez haute de selle. On n’a pas souvent roulé assis sur cette boucle qui a commencé dans la réserve nationale de Paracas. Dans un décor somptueux à tomber par terre, avec l’océan Pacifique à notre droite et les dunes de sables à gauche, on apprécie le mode Enduro qui calme largement les nerfs de la Super Avdventure pour profiter du paysage. Un petit bémol tout de même au niveau du contrôle de motricité, qui ralenti parfois trop la roue arrière lorsqu’on évolue dans le sable mou, limitant de trop la puissance.

KTM 1290 Super Adventure R
Les 160 ch du twin permettent de s’extraire de toutes les situations avec aisance. (Photo DR)

Facile à piloter

Tant que le sable est porteur, la KTM impressionne par sa facilité de conduite et son équilibre. Debout, la selle enserrée par les genoux du pilote, le guidon tombe parfaitement sous les mains. Les commandes sont agréables et bien positionnées. Que ce soit au niveau du guidon ou des pieds. On peut alors regarder loin, très loin pour anticiper une bosse ou un trou qui secourait la partie cycle.

KTM 1290 Super Adventure R
Malgré un gabarit important, la KTM 1290 super Adventure R se manie facilement. (photo DR)

Moteur qui arrache

Après avoir tenté de dompter les 100 ch du mode enduro, un rapide appuie sur les boutons du comodo gauche me permettent de passer en mode route pour bénéficier de toute la puissance du twin. J’en profite aussi pour déconnecter le contrôle de motricité avec autant d’aisance, mais à l’arrêt. Et je peux vous dire que ça crache sévère derrière. Gare aux potes qui sont à la traine, sous peine de les mitrailler à coup de gros calibre type cailloux affuté.

Il faut dire que la moindre rotation de la poignée droite se solde par une pluie de météorite à l’arrière du pneu, avec une connexion de gaz plus nette, plus directe. On ressent sans filtre le couple et la puissance du bloc autrichien trancher le sol désertique. En revanche, côté efficacité, ça ne sert pas à grand-chose par rapport au mode enduro plus doux et progressif. Mais question kiff, c’est autre chose. On peut tracer des grandes courbes tout en dérive sur la silice encore vierge pour découvrir un sable blanc sous une couche noircie, comme grillée par le soleil.

KTM 1290 Super Adventure R
On reconnait immédiatement la nouvelle KTM à son optique avant. (Photo DR)

Nouvelle face 

On reconnait du premier coup d’œil cette nouvelle Super Adventure qui se caractéristique par une robe revue, avec un optique au dessin très affirmé : deux rangées de LED verticales sont séparées par une pièce en aluminium. On aime ou pas. Mais cette face particulière fait parler. Si on n’a pas essayé l’éclairage, il est bon de noter que l’optique est doté de feux de virage qui s’illuminent en fonction de l’angle pris. Une autre grosse évolution se situe au niveau du tableau de bord. Il est entièrement en couleur est parfaitement lisible. Avec son gros écran parfaitement lisible, il apporte donc une touche de modernité certaine.

 

Et une petite vidéo embarquée :

Matthieu Cayrol

  • La puissance du moteur
  • Les capacités de franchissement en tout-terrain
  • Le poids élevé dans les parties techniques

Vos avis