ESSAI Aprilia RSV4 RF-FW : vous avez 4h

“Vous avez 4 heures”, hurlent souvent les profs de philosophie. Mais aujourd’hui la consigne, c’est le responsable presse d’Aprilia qui me la donne et la salle de classe sera remplacée par le circuit du Mugello. L’exercice est simple : souder.

Aprilia RSV4 RF-FW
Ma salle de classe du jour sera le circuit du Mugello. Le pupitre ? La splendide Aprilia RSV4 RF-FW.

Par Matthieu Cayrol, réadapté par RD, photos Rudy Carezzevoli

Hors de question d’arriver en retard pour cette délicieuse épreuve, il n’y aura pas de rattrapage et l’académie MJ veille à ma ponctualité. Réveil 7 heures pétantes, étirements, petit-déj, arrivé sur le circuit en avance, histoire de faire le tour de la RSV4 RF-FW (récapitulation des différentes versions plus bas 😉 et de ses ailettes proéminentes. Il ne me faut pas plus de quelques secondes pour avoir la bave aux lèvres avant même d’enfiler le cuir. Un membre du staff m’explique :

On a ajouté les ailettes en carbone pour plaquer l’avant de la moto et le poids est de seulement 194 kg avec les pleins. Pour plus de puissance, on a monté des pistons à un seul segment limitant les frottements, et modifié arbres à cames comme boitier ECU.

Heureusement,  je ne pars pas d’une feuille blanche. Je connais déjà la RSV4 RF standard qui partage le même châssis que cette RF-FW. Aussi, on retrouve des suspensions Ohlins à l’avant comme à l’arrière, de gros étriers Brembo monoblocs radiaux, et un cadre en aluminium qui autorise plusieurs types de réglages : la hauteur du moteur, celle de l’ancrage du bras oscillant et de l’angle de colonne, qui sont tous les trois réglables !

Aprilia RSV4 RF FW
Je ne suis pas très bon en maths, mais suffisamment pour savoir que 215 chevaux au vilebrequin : c’est beaucoup.

Mauvais élève

Dès les premiers tours de roues, la RF-FW rassure par sa facilité de conduite. Le V4 est docile à bas régime et son train avant ultra-précis s’avérera être véritable allié, sur un circuit qu’on découvre pour la première fois. Aussi, inutile de connaître le tracé aussi bien que ses tables de multiplication pour commencer à rouler vite. On peut rater un point de corde et tout de même ramener le nez de la RSV4 dans la direction souhaitée. Mais oublions l’algèbre, la RSV4 n’attend qu’une chose : qu’on lui rentre dans le lard. Plus l’attaque est grasse, plus elle devient efficace et performante.

Aprilia RSV4 RF-FW
Brembo®, Ohlins®, Akrapovic®… que du beau monde pour subjuguer cette beauté.

Rature

Au freinage, la puissance disponible au levier est insondable. Une faible pression du bout des doigts suffit pour vous stopper net. La RSV4-RF s’engage dans les courbes avec naturel. Et s’il faut un peu de poigne pour changer d’angle dans les chicanes rapides, l’électronique veille au grain. Comme un buvard, elle s’évertuera à gommer vos approximations de pilotage. A la remise des gaz,  poignée dans l’angle, une petite diode au tableau de bord s’affole indiquant le fonctionnement des contrôles de wheeling et de motricité. Ils travaillent de concert dans la plus grande discrétion malgré les 215 ch à gérer.

Aprilia RSV4 RF-FW
La RVS4 RF-FW est un monstre de performance, docile comme un agneau.

Récréation à 298 km/h

La RSV4 était chaussée ce jour-là de Pirelli Supercorsa SC1 ultra-performants. Même si, sur certaines sorties de virage, avec beaucoup de charge et sur les bosses, l’amortisseur arrière a du mal à digérer toute la puissance en imposant quelques mouvements de châssis. Pourtant, je m’applique et je tire la langue au-dessus de ma copie. Et le V4, bien qu’il marche fort, fonctionne sans violence. Et globalement le moteur a le même comportement que celui de la RSV4 RF standard. Il se réveille aux alentours de 8 000 tr/mn pour offrir toute sa puissance de manière crescendo jusqu’à la zone rouge.

Aprilia RSV4 RF-FW
Les ailerons sont assez esthétiques, à défaut d’être efficaces.

Bonne appréciation

La mention très bien n’est vraiment pas loin, mais cette version améliorée de la RSV4 mériterait encore quelques aménagements. Notamment en terme d’aérodynamique. Déjà, l’efficacité des ailettes est encore à prouver et on aurait apprécié une bulle digne de ce nom. La protection est correcte jusqu’à 250 km/h, mais manque de quelques centimètres pour que le pilote s’efface complètement. Pour se voir honorer des félicitations du jury, on aurait aussi apprécié un système de chronométrage embarqué avec GPS, évitant d’utiliser l’appel de phare pour déclencher le chrono.

Aprilia RSV4 RF FW
Cette Aprilia RSV4 RF-FW ne révolutionne rien, mais elle a su démontrer des “facultés” indéniables.

Toutes les versions de la RSV4

La version ultime : l’Aprilia RSV4 FW-GP
La version racing : l’Aprilia RSV4 RF. La version essayée ici est la RSV4 RF-FW, qui se distingue par son kit Factory Work.
La version de base : l’Aprilia RSV4 RR

Vos avis

  1. Malinvaud Manuel le 10/08/2018 at 15 h 52 min

    Ma moto par excellence. … le Tuono V4 R Aprc par la sonorité et la douceur bestiale du moteur, pour sa position et son efficacité sur les routes que je kiff
    Le défaut. … juste le confort et l’autonomie !

    1. H.M. le 29/08/2018 at 18 h 40 min

      Oui, l’autonomie est le vrai côté pénible du Tuono. En revanche, à moi, le confort me convient : selle et amortissements de bonne qualité.