Essai Honda X-AVD : rencontre du 3e type

L’ovni signé Honda brouille les pistes. Ce n’est plus vraiment un scooter et pas tout à fait une moto. Et si il s’agissait tout simplement d’une nouvelle voie, pile-poil à la croisée des chemins ? Cette vision plus globale peut interloquer. Nous, elle nous a séduit.

Esthétique

Posé devant l’hôtel sur sa béquille centrale, le X-ADV a beau intriguer le monde, pour l’ensemble des spectateurs, la cause est entendue : c’est un scooter. L’absence de réservoir entre les jambes ne trompe personne, le tunnel central et la roue arrière de 15 pouces non plus. Vous en connaissez beaucoup des scoots à roue avant de 17 et transmission par chaine ? Nulle par, à part l’Integra… et donc ce X-ADV, si tant est qu’il s’agit encore d’un scooter ! Mais là où la nouveauté se distingue encore un peu plus, c’est au niveau de sa fourche inversée, de ses étriers de frein radiaux, de son guidon large typé enduro et de sa garde au sol fixée à 162 mm pour lui permettre d’envisager quelques escapades hors bitume. 

Essai Honda X-AVD : rencontre du 3e type
Essai Honda X-AVD : rencontre du 3e type. (photo constructeur)

Comportement du Honda X-ADV

A son bord, on n’est pas avachi mais bien droit, avec les bras écartés comme sur un trail. Aussi étrange que cela puisse paraître, le mélange des genres qui compose le X-ADV ne génère rien de contre-nature. Les commandes tombent bien sous les mains (frein avant à droite, frein arrière à gauche) et la planche de bord numérique, juchée comme un lecteur de road-book, se contrôle d’un coup d’œil tout aussi naturellement. Pour autant, on a affaire à un engin assez haut et pas franchement léger. Le X-ADV ne se contente pas de copier la déco de l’Africa Twin, il en reprend également le poids à quelques petits kilos près ! Mais ces 238 unités bien sensibles à l’arrêt, disparaissent comme par magie une fois en mouvement, dévoilant ainsi une des grandes qualités de X-ADV : son équilibre impérial.

Essai Honda X-AVD : rencontre du 3e type
Essai Honda X-AVD : rencontre du 3e type. (Photo Honda)

Confort

Un effort minimum est requis pour passer d’un virage à l’autre et très vite, on se prend à adopter un rythme sportif tant la partie-cycle inspire confiance. Le freinage, emprunté à l’Africa Twin, abat sa part de boulot avec efficacité en dépit d’un ABS un peu trop prompt à se déclencher à l’arrière. Quant au confort, les suspensions s’occupent bien de vos lombaires avec l’égard dû à leur rang. L’amortissement est rigoureux mais progressif et surtout pas traité au rabais. Aucun scooter n’offre ce type de prestation ! Une courte escapade off-road viendra entériner ce constat… sans pour autant métamorphoser le X-ADV en spécialiste de la terre. Car si la position debout avec les repose-pieds optionnels s’avère assez cohérente, il ne faut quand même pas trop en demander à la fourche qui arrive vite en butée sur les chocs importants.

Essai Honda X-AVD : rencontre du 3e type
Essai Honda X-AVD : rencontre du 3e type. (Photo X-ADV)

Un essai à lire en entier dans Moto Journal 2203, en kiosques mercredi 15 mars 2017.

  • La polyvalence du concept
  • Le châssis très rigoureux et équilibré
  • La finition et le look valorisants
  • Le caractère moteur peu lsse
  • La protection des jambes
  • Le verrouillage de la selle perfectible

Vos avis

  1. Sylvain le 28/03/2017 at 17 h 31 min

    Aprilia avait essayé avec la mana : c’est resté très anecdotique…
    Maintenant, Honda a d’autres moyens marketing et meilleure presse !
    Dommage pour Aprilia car cette ovni avait des qualités.

  2. Rinou le 22/03/2017 at 22 h 27 min

    C’est comme pour tout, si t’es pas intéressé tu lis pas et tu laisses encore moins un commentaire idiot.

  3. PIBOLO le 16/03/2017 at 17 h 13 min

    C’est comme les mobylettes électriques, merci de ne pas nous en parler.