Essai nouveauté – Kawasaki Z1000 SX 2017 : l’âge de la maturité

La Kawasaki Z1000 SX affirme ses ambitions pour 2017 : offrir de la convivialité au pilote (et à son passager) tout en préservant les sensations de conduite. Mission accomplie.

Même si le créneau sport-GT n’est pas le plus porteur sur le marché, Kawasaki persiste. La marque signe avec une nouvelle génération de sa Z1000 SX, la troisième depuis la première apparition en 2011 et le relifting de 2014.

Nous avons essayé cette nouveauté sur la Cote d’Azur. Le moins qu’on puisse dire c’est que le soleil était aux abonnés absents lors de la première journée de ce roulage. Heureusement, les routes ont partiellement séché le lendemain. Elles nous ont permis d’être un peu plus généreux sur l’ouverture des gaz… Bon alors, mais elle est comment cette SX 2017 ?

Pour être clair, il convient d’employer la formule consacrée, “une évolution plus qu’une révolution“. Car si les changements sont assez nombreux pour faire progresser l’ensemble par petites touches, la Z1000 SX ne change pas fondamentalement. Elle reste cette moto polyvalente et homogène que l’on connaît déjà.

Pouyr sa 3e génération, la SX renforce ses aptitudes routières (Photo : Kawasaki)
Pour sa 3e génération, la Z1000 SX renforce ses aptitudes routières (Photo : Kawasaki)

Nouveau regard à la Ninja

Elle se présente bien cette dernière SX, esthétiquement déjà. Avec sa nouvelle face avant plus agressive. D’autres modifications font leur apparition comme les rétros plus larges. De plus, le tableau de bord tout nouveau et très réussi avec l’affichage du rapport engagé. On note aussi une bulle redessinée plus haute de 15 mm qui améliore la protection. Cependant, il est possible de faire encore mieux.

Autre élément de nature à améliorer le confort, la nouvelle selle plus épaisse du côté du passager, plus épaisse (3 mm) et plus longue (+25 mm) côté passager, le tout avec un revêtement qui résiste mieux au froid. Rajoutez à cela des valises de 28 litres conçues par Givi toujours aussi bien  intégrées dont les supports/poignées passager ont été redessinées et vous tenez là une machine qui sait accueillir son ou ses occupants.

Une GT-sport moderne la Kawasaki Z1000 SX, dynamique et accessible.
Une GT-sport moderne la Kawasaki Z1000 SX, dynamique et accessible. (Photo Kawasaki)

Toujours aussi facile, mais plus confortable 

Le mouillé est un bon juge de paix pour la prise en mains d’une moto. Sous la drache de la région cannoise, sur des routes tortueuses, la SX s’est révélée très conciliante, notamment grâce à son nouvel embrayage très doux, sa boîte impeccable et la précision de sa poignée de gaz qui donne un excellent feeling.

En enroulant gentiment sur ces routes pas toujours lisses, on apprécie la qualité d’amortissement de la Z1000 SX. Les chocs sont bien filtrés par la fourche et le combiné arrière facile à régler via la molette. Sans doute que sa nouvelle longueur plus importante et son débattement augmenté de 6 mm contribuent à ce regain d’onctuosité.

Le seul point dérangeant fut le petit point de résistance de la direction à la mise sur l’angle à basse vitesse. Chose pas franchement rassurante sur chaussée détrempée. Pas de quoi paniquer cependant, d’autant que les diverses aides électroniques de la SX fonctionnent parfaitement, mode moteur ad hoc choisi (L pour low) et degré d’intervention du contrôle de traction sélectionné (de 1 à 3).

On se rassure aussi en pensant que la nouvelle centrale inertielle IMU permet désormais de faire intervenir l’ABS en virage. Chose que nous n’avons pas testée, vous comprendrez aisément pourquoi ! Pour rappel, elle mesure les mouvements de la moto sur cinq axes (accélération, freinage, angle, direction et dérive)

En dynamique, la SX assure son rang de sport-GT !

Le lendemain matin, nouveau roulage cette fois sur le séchant puis le sec. L’occasion de retrouver, outre la banane aux lèvres, les solides qualités du bloc Kawasaki. Extra souple en bas, bien rempli au milieu et pêchu du haut de ses 142 ch à partir de 6/7000 tr/mn, le 4-cylindres est exemplaire. Peut-être même l’un des meilleurs quatre cylindres en ligne du moment. Pas même altéré en performances par sa récente homologation Euro-4.

Le châssis n’est pas en reste avec ce moteur élastique à souhait. Si le poids frise les 240 kg à plein, il se fait surtout sentir à l’arrêt ou à basse vitesse. Une fois sur orbite, la Kawasaki se balance naturellement dans trop d’efforts. Elle semble même plus alerte au fur et à mesure qu’augmente le rythme. La qualité du freinage est à souligner, à la fois puissant et dosable, même à l’arrière, sous le contrôle d’un ABS aussi discret qu’efficace.

Le confort (protection et selle) est en progrès sur la Z1000 SX 2017.
Le confort (protection et selle) est en progrès sur la Z1000 SX 2017.

Un compromis bien balancé pour la Kawasaki

S’il en aura toujours pour faire la fine bouche face à une machine de compromis, on peut saluer les efforts de Kawasaki dans la recherche du meilleur équilibre. En sachant que la SX penche quand même davantage vers le sport que le tourisme pur et dur.

Entre une ZX-10R sans demi-mesure et une Versys 1000 (qui partage la même mécanique) naturellement plus attirée par la balade, la Z1000 SX s’adresse à une clientèle plus mature qui exige un minimum de convivialité à bord, seul ou à deux,  sans renier son goût pour les arsouilles et trajectoires bien dessinées.

Passé la trentaine, ce genre de candidats ne manque pas ! La nouvelle SX leur fait un gros clin d’œil de sa double optique à leds !

Un essai à lire au complet dans Moto Journal 2195, en kiosques mercredi 2 novembre.

Xavier de Montchenu

 

 

  • Ensemble moteur/boîte très plaisant
  • Comportement sûr et dynamique
  • Amortissement de qualité
  • Bonne intégration des bagages
  • Bulle en progrès mais encore perfectible
  • Quelques vibrations à hauts régimes
  • Absence d'espace de rangement hors valises

Vos avis

  1. Philippe le 25/02/2017 at 10 h 54 min

    Quelle moto.je suis en possession d’un z1000sx 2011 que du bonheur
    Il me tarde d acheté le nouveau millésime
    Tout a l air d être un peu mieux
    Et qu elle gueule

  2. full le 27/10/2016 at 5 h 42 min

    Pourquoi ne pas y mettre le 1441 de la ZZR
    La elle serait royale !
    La face avant est ignoble

    1. Romain le 28/10/2016 at 4 h 13 min

      Parce que c’est un z1000 et non un zzr comme son nom l’indique. De plus le moteur est deja sufisament coupleux je trouve