Essai SWM 440 Gran Milano : hipstermaniac !

En pleine mode des néo-rétro, SWM, marque historique, revient en scène avec des motos à forte identité visuelle comme la Gran Milano, un café-racer… ristretto ! 

Une jolie moto que cette 440 SWM Gran Milano (Ph. D. Lorrai)
Une jolie moto que cette 440 SWM Gran Milano (Ph. Damien Lorrai)

Une bonne recette

La moto n’échappe pas à la tendance néo-rétro. Ses nouveautés sont comme les vinyls, capables de restituer les partitions du passé sans négliger les exigences actuelles. Un cadre simple berceau acier avec un moteur à air sans froufrou, des guidons bracelets et des jantes à rayons suffisent à ficeler la recette d’un Café Racer d’antan. Ajoutez-y une fourche inversée, un freinage radial et un bras en aluminium, vous en aurez la version remasterisée prête à ravir les motards du XXIème siècle. Et plus précisément ceux qui tournent le dos à la performance au profit des sensations de vie. Spécialiste historique du tout-terrain de 1971 à 1984, SWM a pris le train en marche.

 

Un monocylindre connu

Contrairement à une Triumph Bonneville ou une Kawasaki W800, la Gran Milano (clin d’œil à la ville natale de SWM) ne ressemble à rien de connu. Sa tonalité ambrée annonce d’emblée la… couleur : le café est corsé, à n’en point douter. Refusant la facilité, le designer a osé prendre le contre-pied de certains codes, à commencer par les formes caractéristiques du genre. (…) , le moteur Chungking fabriqué par Shineray rappelle une mécanique Honda. Il est en réalité calqué sur le moteur japonais de la XR 400, désormais tombé dans le domaine public. Avec quatre soupapes et un seul arbre, c’est le même qui équipe la Mash Five Hundred 400

Un look rétro savamment travaillé avec quelques touches de modernité (Ph. D. Lorrai)
Un look rétro savamment travaillé avec quelques touches de modernité (Ph. Damien Lorrai)

Le moteur : sage mais vivant

Inutile de préciser que l’autoroute n’est pas la “cup of tea” d’un Café Racer dénué de protection, même avec un réservoir de 22,5 l promettant plus de 400 km d’autonomie ! Son trip, c’est plutôt les parcours courts. Bien que le moteur ne fourmille pas trop à haut-régime, la SWM Gran Milano ne fait pas exception. En cinquième, le compteur accroche 150 km/h et le compte-tours, qui parait optimiste, 9 000 tr/mn.

 

Gran Milano est assemblée à l’usine de Varèse où étaient montées les HVA avant la reprise par KTM (Ph. Damien Lorrai)
Gran Milano est assemblée à l’usine de Varèse où étaient montées les HVA avant la reprise par KTM (Ph. Damien Lorrai)

La concurrence

Distribuée en France par la DIP qui importe également Royal Enflield et fait fabriquer les Orcal dont la 125 Astor remporte un franc succès, SWM affiche l’ambition de revenir aux avant-postes avec des produits de qualité face à Mash qui fait du prix son cheval de bataille. Quoi que les 5 960 € réclamés paraissent raisonnables, la Gran Milano sera en concurrence au moment de l’achat avec une ER-6n ou MT07 plus passe partout. Gageons également qu’Euro4 ne grèvera pas trop le tarif.

L’essai complet de cette SWM 440 Gran Milano est à lire dans Moto Journal n°2196 en kiosques depuis mercredi 16 novembre 2016.

Essai réalisé par Philippe Chanin

  • Le design aguichant
  • Le freinage efficace
  • La selle passager
  • Le réservoir saillant

Vos avis