Essai Aprilia Shiver 900 : une vie de couple

Essai Aprilia Shiver 900 : une vie de couple

Essai Aprilia Shiver 900 : une vie de couple. (Photo Aprilia)

Il y a des motos comme ça, qui vous mettent de bonne humeur en deux coups de gaz. Sans vous faire peur, sans vous ruiner le dos, les bras, ni le portefeuille. Telle l’Aprilia Shiver 900 et son gros couple moteur. Contact.

Prise en main de l’Aprilia Shiver 900

C’est vrai, en dehors de l’esthétique, Aprilia a bossé dur pour redonner du tonus à la Shiver. Pas seulement en augmentant la cylindrée, mais aussi en grappillant du poids là où c’est possible : 2,5 kg sur les roues (ce sont celles de la RSV RR !), 800 g sur la fourche Kayaba de plus faible diamètre, 590 g grâce au système de commande de gaz électronique ride by wire, etc.

Braquage limité

Bon, la bête pèse tout de même 218 kg avec les pleins (soit encore 8 kg de plus que la 750) et braque aussi aisément qu’un pétrolier dans un port de pêche. Mais rien qu’en appuyant sur le petit bouton du démarreur, on oublie les chiffres pour revenir à l’essentiel : les sensations.

Aprilia Shiver 900 2017 profil droit
La Shiver 900 a subi quelques modifications.

Et le moteur dans tout ça ? 

Le moteur est une réussite, tout en rondeur, en souplesse, en agrément. Ça n’a rien à voir avec ces gros méchants twins de 160 ou 180 ch qui vous donnent l’impression, à bas régimes, de rouler avec une roue arrière carré, puis d’avoir un bâton de dynamite à mèche courte entre les jambes dès qu’on caresse les gaz. Avec la Shiver, Aprilia mise tout sur le couple et annonce fièrement 90 Nm à 6 500 tr/mn, soit 11 de mieux que la 750, obtenus 750 tr/mn plus bas.

Généreuse

Alors, pas besoin d’aller flirter avec les limites de la zone rouge pour se faire plaisir. A 2 500 tr/mn, on cruise tranquillement sans sentir les deux gamelles pilonner, puis en ouvrant, ça part sans hoqueter. C’est franc du collier, facilement dosable, généreusement rempli pour vous propulser au nirvana de la vie en couple.

L'Aprilia Shiver, une moto joueuse mais pas diabolique.
L’Aprilia Shiver, une moto joueuse mais pas diabolique. (Photo Aprilia)

Une moto docile, agréable…

La Shiver 900 ne joue pas la carte de l’esbroufe. Nul besoin d’avoir le niveau d’un pilote Superbike pour se faire plaisir, et c’est là tout le charme du roadster Aprilia. Pas vraiment la moto de décérébré qui donne envie de partir en roue arrière, de burner, de drifter, mais celle qui donne simplement envie d’aller rouler, juste pour le plaisir de prendre l’air et de l’angle.

… et suffisante

Bien sûr, les accrocs aux “pompes à feu” pourraient rester sur leur faim devant un roadster plus efficace qu’explosif, au moteur rond plus que carré et à l’allonge modérée. Mais qui roule tout le temps à bloc avec juste 12 points sur le permis et une seule vie ? La Shiver 900 est un peu la Suzuki SV 650 version italienne, en plus gros, mais tout aussi facile et plaisante.

  • La rondeur du twin 900
  • L’agrément de conduite
  • Le confort pour un roadster
  • Le feeling du freinage
  • Le prix placé
  • Le braquage limité
  • Pas de jauge à essence
  • L’allonge moteur limitée
  • Le train avant peu vif

Vos avis

  1. Maeght le 02/09/2018 at 23 h 18 min

    J en ai une que j adore
    Juste elle est trop raide de suspension

  2. jean-marie Défossé le 24/10/2017 at 9 h 05 min

    … et dans la tradition récurrente d’Aprilia , des béquilles latérales toujours TROP VERTICALES ! ! !
    Un mauvais souvenir personnel du genre à ne pouvoir éventuellement … que faire l’affaire des concessionnaires pour la vente de pièces de rechange .

    1. MAEGHT le 06/05/2018 at 21 h 33 min

      n importe na wak
      cette machine est un roadster utilisable quotidiennement
      abordable financièrement et exploitable
      avec une selle et non une planche
      ce n est pas une moto frime exclusive
      c est une machine souple et qui a du répondant
      trop peu connu en partie faute de reseau de distribution