Essai Honda Gold Wing 2018 : American Express

Inchangée depuis 2012, une éternité à moto, la Honda Gold Wing, vaisseau amiral de la marque, fait peau neuve cette année. Tout change et ça change beaucoup de choses. Bienvenu à bord !

Par Xavier de Montchenu

Plus bas les photos de la présentation !

Honda Gold Wing 2018 essai 3/4 avant droit
Le voyage reste la principale mission du vaisseau amiral Honda. (Photo Honda)

Design 

Le premier regard sur la Gold Wing 2018 révèle une machine beaucoup moins volumineuse, moins exubérante et finalement moins intimidante que sa devancière, véritable pachyderme. Les dimensions générales revues à la baisse confirment le régime amaigrissant (40 kg de perdus) subi par l’icône des super GT modernes.

Celle-ci en profite pour adopter de nouvelles courbes plus marquées qui donnent à la ligne générale une allure bien plus dynamique. Comme si la Gold Wing ne voulait plus être considérée comme un énorme engin, un gros pullman juste bon à circuler sur les voies rapides.

Au final, le résultat est flatteur : la Gold Wing rejoint de facto son époque en termes d’esthétique et de fluidité de la ligne. Depuis le dernier relifting de 2012, il était temps !

Honda Gold Wing 2018 essai roulant face
Cruiser sur voie rapide, la Gold sait faire. C’est même sa spécialité.(Photo Honda)

Vie à bord 

Pas de souci, on est bien à bord d’une grosse GT sur la nouvelle Honda Gold Wing. Position très relaxe un peu plus en avant toutefois que sur l’ancienne GL 1800, large selle avec bourrelet pour se caler, large tableau de bord avec écran TFT de 7’’ sous les yeux, commodos pas trop surchargés de boutons, on se sent immédiatement bien sur ce vaisseau amiral.

La bulle, désormais électrique, assure une excellente protection contre la pression de l’air et contre la pluie. En revanche, faute d’une face avant moins imposante, l’air parvient désormais à s’engouffrer et vient caresser vos coudes. Pour les jambes, il faut vraiment les plaquer contre la carrosserie pour ne pas sentir le filet d’air. Donc pas de progrès sur la Gold Wing 2018 de ce côté-là.

La selle, légèrement plus haute (5 mm) et plus ferme, n’offre pas le moelleux d’antan. Heureusement, la modernité est passé par là et 2018 voit l’adoption de poignées et sièges chauffants. Ces derniers sont très efficace, les poignées un peu moins.

Autre source de satisfaction, la nouvelle connectivité offerte par la Gold. Sur le bel écran bleu à luminosité variable, on peut suivre les indications du GPS intégré, profiter de ses playlists, écouter la radio, gérer ses appels téléphoniques (compatibilité Apple CarPlay), soit depuis les commodos soit moto à l’arrêt depuis l’imposante console centrale plus ergonomique avec son gros joystick. A noter que certaines des fonctions sont dédoublés sur les commodos.

Honda Gold Wing 2018 essai 3/4 avant gauche
Moijns imposante que sa devancière, la Gold est d’autant plus facile à prendre en main.(Photo Honda)

Moteur 

Désormais coiffé de culasse à 4 soupapes par cylindre, le flat-6 reste l’atout majeur de la Gold Wing. Légèrement plus puissant avec ses 126,4 ch (soit 8 ch de gagnés), toujours emmené par 17 mkg à 4500 tr/mn, ce bloc offre un agrément de premier ordre en termes de souplesse et de douceur de fonctionnement.

Cette année, Honda a eu la bonne idée de lui greffer (en option) le double embrayage maison, le fameux DCT ici dans sa troisième génération. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que ce mode de transmission va comme un gant à la Gold Wing sur laquelle on préfère se concentrer ailleurs que sur le passage des vitesses, d‘autant que le 6-cylindres, au bruit de gros bateau à moteur en V, est très élastique et apprécie d’évoluer très vite sur les rapports les plus élevés.

Le DCT réagit en fonction des modes moteurs, 4 au total, sélectionnables depuis le commodo droit. Si le mode Tour colle bien à l’esprit de la grosse Honda, le mode Sport apporte une vivacité insoupçonnée à l’ouverture des gaz. Ce n’est pas encore l’accélération virile de la BMW K1600 de 160 ch, mais ça tire sur les bras !

Honda Gold Wing 2018 essai travelling droit
La nouvelle Gold semble de suite plus légère. Et ce n’est pas qu’une impression ! (Photo Honda)

Comportement 

Faute d’avoir eu la possibilité de rouler sur des routes dignes de ce nom (que des Highway lors de l’essai au Texas), pas facile d’apprécier à sa juste valeur le gain procuré par le nouveau châssis et notamment le train avant à double triangle superposé. Néanmoins, il est clair que la Gold Wing est nettement plus dynamique que sa devancière et visiblement plus fun à conduire.

Plusieurs raisons à cela : l’allègement général, la qualité des suspensions avec le monoamortisseur à l’avant, les réglages électriques et la précharge à l’arrière (ajustable au tableau de bord), ainsi qu’une meilleure aérodynamique.

Au guidon, finie la sensation de piloter une limousine américaine mollassonne de partout. Le comportement s’est clairement raffermi. C’est plus précis, plus rigoureux, et au final, plus proche d’une GT. En outre, les réglages hydrauliques asservis aux modes moteurs (sur Tour et Sport) permettent de disposer d’un comportement adapté à son rythme.

Honda Gold Wing 2018 essai profil gauche
Difficile de se faire une vraie idée du châssis compte tenu des routes empruntées lors de cet essai. (Photo Honda)

Equipement 

La Gold reste la Gold en matière de raffinements à bord. Les ingénieurs ne se sont pas privés de doter leur bébé de tous les avantages de la dernière technologie : écran connecté TFT, régulateur de vitesse, aide au démarrage en cote, feux à leds, marche arrière et mode marche lente pour les manœuvres à pied, démarrage sans clé, verrouillage à distance des coffres, prise USB (dans le coffre sur la version Airbag privé du vide-poche avant), tout y est.

On apprécie le tableau de bord qui a conservé ses cadrans compteur-compte-tours analogiques même si les petites fenêtres LCD type Africa Twin ou VFR font un peu datées. Un petit loupé cependant dans ce  riche tableau d’équipements : l’absence d’éclairage adaptatif comme le font certains gros trails GT aujourd’hui.

Plus embêtant pour nous français, l’absence dans les modèles importés de la Tour DCT sans l’airbag. Il faudra ainsi débourser 35 999 € pour s’offrir le haut de gamme de la nouvelle Gold Wing Tour, la version à boîte mécanique 6 vitesses étant facturée, elle, 32 999 €.

Si cela vous paraît trop cher, vous pourrez toujours opter pour la Gold Wing standard (365 kg) , le bagger qui correspond à l’ancienne F6B : Prix : 25 999 €. Sans contrôle de traction, ni version DCT chez nous, ni siège chauffant, ni top-case (d’origine), 2 haut-parleurs au lieu de 4, béquille centrale en option. Mais avec un pare-brise court pour profiter du son et de l’image !

VERDICT HONDA GOLD WING TOUR 2018

Entièrement revue pour 2018, la nouvelle Honda Gold Wing a bien décidé de tout changer. Elle reste une voyageuse dans l’âme, mais quitte le monde de la limousine sur 2-roues, où elle régnait en maître, pour se rapprocher de celui des super-GT. Les aficionados seront sans doute un peu surpris par ce changement de cap, alors que d’autres se laisseront désormais tenter – s’ils en ont les moyens ! – par une Gold 3.0 à la douceur de fonctionnement et au raffinement toujours uniques.

PLUS

  • Maniabilité et équilibre
  • Moteur charmeur
  • Electronique bien dosé
  • Equipement complet
  • Ecran connecté et GPS intégré

MOINS

  • Protection en recul
  • Volume des coffres réduit
  • Prix en hausse

FICHE TECHNIQUE HONDA GOLD WING 2018

  • Puissance : 126,4 ch
  • Poids : 379 kg (GW Tour DCT), (382 kg GW Tour DCT Airbag), 365 kg (GW)
  • Couple maxi : 170 Nm à 4 500 tr/min
  • Réservoir : 20,8 litres
  • Cylndrée : 1833 cm3
  • Type moteur : 6-cylindres à plat, 4 soupapes/cyl.
  • Boîte de vitesses : mécanique à 6 rapports ou automatique à double embrayage (DCT) à 7 rapports
  • Suspension avant : double triangle superposé, monoamortisseur
  • Suspension arrière : monobras, monoamortisseur
  • Freinage avant : 2 disques ø 320 mm, étriers 6 pistons à fixation radiale
  • Prix :  GW Tour DCT Airbag : 35 999 € – GW Tour boîte méca : 32 999 €, GW (Bagger) : 25 999 €
  • Disponibilité : avril 2018

PHOTOS HONDA GOLD WING 2018

Honda Gold Wing 2018 essai statique profil droit
Sérieusement affinée, la Gold reste une Gold, reconnaissable entre 1000. (Photo Honda)
Honda Gold Wing 2018 essai tableau de bord
Imposant, le tableau de bord est au niveau du reste : impressionnant.(Photo Honda)
Honda Gold Wing 2018 essai console centrale
Les boutons sont encore nombreux, mais l’ergonomie a nettement progressé !(Photo Honda)
Honda Gold Wing 2018 essai commodo gauche
Chargé, le commodo gauche demeure lisible. Certains boutons sont un peu petits avec de gros gants. En bas, la commande de marche arrière qui a aussi une fonction avance lente. (Photo Honda)
Honda Gold Wing 2018 essai commodo droit
Le commodo droit est assez chargé lorsque la Gold Wing est équipée de la boîte automatique à double embrayage DCT. (Photo Honda)
Honda Gold Wing 2018 essai accessoire dossier
Le dossier conducteur reste sur la liste des options. (Photo Honda)
Honda Gold Wing 2018 selle confort
Selle confort pour les plus exigeants. (Photo Honda)
Honda Gold Wing 2018 essai coffre
Le coffre arrière a perdu en contenance. Il faudra s’appliquer pour rentrer deux intégraux. (Photo Honda)
Honda Gold Wing 2018 essai accessoire deflecteurs
Pour une parfaite protection des jambes, il faudra avoir recours à la liste des accessoires et aux déflecteurs. (Photo Honda)

Vos avis

  1. Frédéric De Rycker le 02/04/2018 at 11 h 19 min

    Je l’ai essayé samedi en boite mécanique.
    J’arrive chez honda Valenciennes vers 13H, le dealer est en pause mais une belle goldTour rouge est là dehors, devant la vitrine. C’est la première fois que je la vois autrement qu’en photo ou vidéo et je la trouve très jolie. Comme dit ci dessus, on sait tout de suite que c’est une gold, la ligne et bien plus jolie que ma noire d’à pleine 1 ans. Elle est plus stylée, plus fine, plus dynamique et plus chiadée de partout.
    Je prends un choco en terrasse avec la gold en ligne de mire.
    14H je m’approche de la moto et le jeune et très sympathique vendeur m’approche et me demande ce que j’en pense. Je lui demande de faire le tour du propriétaire.
    Comme elle vient juste de rentrer de Corse avec son boss au guidon, il ne la connait pas encore très bien. Il ouvre les valises, la contenance est correcte, mais pour le top case, il est vraiment petit et c’est au chausse pied que 2 casques rentrerons, s’ils rentre ? Il essaie d’ouvrir le vide poche central, ça merde, c’est visiblement mal conçu.
    Pour le reste c’est tout bon, super finition, belle peinture, tout est bien agencé, il y a l’électronique utile, c’est pratique d’utilisation, et c’est joli à regarder.
    J’écoute sa présentation et lui jette au hasard, s’il est possible de l’essayer. Il hésite et puis me dit banco, vous serez le 1er.
    Quelques minutes plus tard, je m’installe sur la selle, mode moteur tour (le plus réactif sur cette version) et les susppattes réglées sur solo. La selle est plus haute et la moto se tasse moins, les plus petits ne seront pas à leur aise à l’arrêt.
    Première impression, la légèreté, ça se manoeuvre tout seul, 2eme impression la boite est moderne, elle progresse magistralement.
    C’est parti pour une 50aine de km, direction la pampa. quelque km pour sortir de la banlieue, le temps de découvrir qu’elle se manie sans effort qu’elle slalom comme une grosse mob et que le moteur est plus vif en étant toujours aussi onctueux, la bande son est moins étouffée sans être saoulante, un régal.
    Ca y est, la route se dégage et les virolos s’enchainent, le moteur à du peps, la partie cycle est sensationnelle, le boulot des suspensions est incroyable d’efficacité et de rigueur tout en étant ultra confortable, le freinage est à l’unisson, très puissant et dosable à souhait.
    Sur les 5 premiers rapport la boite mécanique a sensiblement la même démultiplication, la 6eme c’est un overdrive 130km/H à 3000 ça ronronne mais les reprises sont mollassonne, ce sera pour se la jouer super cool ou sur 4voies et autoroute au régulateur.
    Je bifurque sur une petite départementales aux virages plus resserrés, un vrai bonheur cette gold, j’ai la banane, entre les virolos je regarde la suspension travailler, elle avale tout, un pullman mais les roues bien plaquées au sol.
    Je suis à la moitié de mon périple, je m’arrête et positionne le réglage de suspension sur duo, la moto se lève un peu, je repars c’est encore mieux, sans aucune perte de confort. rebelote les petits virolos puis des courbes plus larges, je m’amuse bien et suis aux anges, le rythme est rapide, j’aime. Les suspensions me surprennent toujours, quel maîtrise de la part d’Honda.
    Quant à la protection, pour le bas du corp, je n’ai pas vu de différence, pour la bulle elle est franchement plus étroite et les bras sont exposés, pour le bust et casque c’est parfait. Perso je prendrais (dans 3/4 ans, la grande bulle optionnelle.
    Restera à régler le pb du tope case, si honda veut satisfaire les nouveaux comme les anciens il sortira un top case plus grand sans gâcher la ligne (3 ou 4 cm de partout et le(a) tour est joué.
    5O bornes et c’est déjà fini, je dois la rendre.
    Débriefing, le vendeur est content de mon rendu et moi d’avoir pu l’essayer, je le remercie une dernière fois et c’est fini pour aujourd’hui J’irais essayé la DCT dés que possible sur Seclin(Lille).
    Cette gold ne renie pas son passé et transcende le genre, elle est beaucoup mieux partout sauf pour la capacité du top case et redonne un véritable nouveau souffle à la lignée et au segment.

    Pour me remettre de mes émotions je vais reluquer la H2sx chez le voisin, belle bête… mais vraiment pas raisonnable par les temps qui courent. Je repasse chez ktm pour voir cette duke 690 qui me fait de l’oeil depuis que je l’ai essayé, bien fun et raccord avec les conditions routières actuelles, 73ch pour 150kg c’est du caviar à virolos.
    Mais le lotto ne m’a toujours pas sourit…
    A +

  2. Renaud le 01/04/2018 at 17 h 57 min

    Au fait, est-ce que cette moto est reliée par internet à Gogol qui vous dit de prendre votre biberon de 4 heures? C’est important le biberon de 4 heures. Et est-ce qu’elle appelle les secours quand vous faites une crise de nerfs à cause de toute cette putain de technologie? C’est important la sécurité.

  3. WHITEGOLD le 01/04/2018 at 16 h 22 min

    Pas besoin d’essayer pour constater le manque de 40 litres d’emport de bagages
    et la protection en retrait par rapport au modèle précédent…
    Au fait ce sont les bourrins qui piaffent, pas les motocyclistes….

  4. Juju le 03/02/2018 at 23 h 09 min

    Tous ces gens qui critiquent sans même l’avoir vue et encore moins essayée…C’est affligeant de bêtise. Elle a l’air super chouette, je piaffe d’impatience de l’essayer! Ensuite seulement, je me permettrai peut-être d’emettre quelques critiques….

    1. Lavrov le 19/03/2018 at 21 h 39 min

      oui il est évident que certain points seront à voir quand elle sera disponible à l’essai en France.
      Mais les 40 litres de rangement perdu, la protection qui est moindre, l’obligation de prendre l’airbag si on veut le DCT, le fait que les cales pieds touche toujours en courbe et le comble , sa nouvelle fourche qui lui apporte un empattement plus grand et de ce fait un plus grand manque de facilité aux manœuvres à petite vitesse, ont peut déjà émettre quelques critiques !
      Sans même parler de son prix, elle a perdu de ces charmes et de sa personnalité… je l’ai déjà commandé mais à ce jour je ne suis vraiment pas sur de la prendre.

  5. WHITEGOLD le 26/01/2018 at 18 h 47 min

    Bonjour
    j’ai gardé un modèle air bag gps 2012 4ans.
    Revendue car je ne supportait plus les frottement incessant des reposes pieds sur le bitume au moindre virage.
    Mais hormis ça, que du bonheur, une protection et un confort fabuleux.
    La capacité d’emport de bagages de 150 litres était très correcte malgré la forme torturée des sacoches, et surtout la protection de la moto était efficacement assurée avec des pares cylindres avants et des pares sacoches arrières, on pouvant tomber la moto sans rien casser.
    Ben sur la nouvelle je ne retrouve aucune des qualitées qui fasaient le charme et l’efficacité de l’ancienne…En plus les tarifs sont délirants… et les repose pieds frottent toujours..
    C’est BM,Harley ainsi que qu’Indian qui doivent bien rigoler, car pervertir à ce point un modèle d’excellence fallait le faire.

  6. BETSCHEN Philippe le 24/01/2018 at 19 h 11 min

    Mon avis à moi c’est que l’essayeur ne possède pas de Goldwing au vu de son article.J’ai un modèle 2007. Les poignées et sièges chauffant existent depuis longtemps sur la Gold ainsi que la marche arrière,il dit quelle est mollassonne de partout il n’a donc jamais fait de petites routes sinueuses comme en Corse,la version boîte 6 n’est pas facturée 25999 mais 32999…… A revoir

  7. ricardo le 24/01/2018 at 15 h 55 min

    vite, un comparatif (VS) avec les derniers Touring Harley, et le 1600 Bagger BMW !

  8. nanou17 le 24/01/2018 at 8 h 56 min

    Belle moto , j’en ai commandé sept , une pour chaque jour , plus sérieusement , un comparatif pan / gold pour savoir si je change ou pas , j’aimerais aussi que m.j. décale d’une semaine comme en fin d’année , pensez a ceux qui sont abonné aux deux hebdo , merci

  9. terminator le 24/01/2018 at 8 h 50 min

    <> ils ont perdu la tête chez Honda, chez les teutons tout y est, et même plus, pour moins chère.

    1. Fabrice le 15/03/2018 at 12 h 49 min

      Effectivement, J’attendais avec impatience la remplaçante de la F6B. Quelle déception d’apprendre que le DCT et tous les autres équipements sur ce style de moto (Bagger) sont réservés au marché USA.
      Acheter une honda ? Ce ne sera pas encore cette année !