Comparo sportives : Yamaha R1M VS R6

Le prix de la seconde

Comparo Yam R1M VS R6 roulage 3/4 av gauche
Presque 10 000 € séparent ces deux frangines sur le papier. Mais une fois sur la piste… (Photo Thomas Cortesi)

Presque 10 000 € séparent ces deux frangines qui, sur le plan esthétique, se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Mais sur un tour chrono du circuit de Magny-Cours, la différence se compte en seconde, et en milliers d’euros.

Au premier abord, difficile de faire la différence sur le plan esthétique entre les Yamaha R1M et R6, deux bêtes taillées pour la piste. Pour sa dernière évolution 2017, la petite R6 a vu ses lignes se calquer sur celles de sa grande sœur, la R1. Entrée d’air centrale encadrée par une paire de feux de jours qui surplombent les optiques à leds planqués sous le carénage.

De profil, on pourrait facilement confondre ces deux sœurs de sang. Sans parler de leurs optiques arrière qui se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Heureusement que la couleur est là pour les différencier ! Un noir mat teinte la robe de la R6, tandis que la R1M se pare d’un bleu-gris du plus bel effet.

Comparo Yam R1M VS R6 - R1 stands
Disponible uniquement dans ce coloris, la R1M en jette un max. Une vraie moto de course ! (Photo Thomas Cortesi)

Une R1M d’orfèvre…

Ce n’est qu’en s’approchant de plus près qu’on comprend mieux la différence de prix entre ces deux motos. Et heureusement ! Sur la R1M, la finition est largement au-dessus de celle de la R6, avec des pièces de meilleure qualité faisant plus sérieux, plus cossu.

Le carénage en carbone vernis est du plus bel effet, l’énorme bras oscillant en aluminium poli en jette un max et la fourche et l’amortisseur Ohlins à réglage électronique parachèvent cette impression de qualité. A chaque endroit où se pose le regard, il est attiré comme un aimant par les belles pièces qui sont légion.

Une fois qu’on tourne la clef pour illuminer le tableau de bord, c’est la seconde claque. Simple et très lisible sur la R6, l’instrumentation se contente d’un gros compte-tours à aiguille et d’un écran digital monochrome sans commande au guidon.

Comparo Yam R1M VS R6 - R6 stand
Depuis cette année, la R6 est la dernière 600 sport commercialisée. Du moins jusqu’à ce que la concurrence revienne…(Photo Thomas Cortesi)

… et suréquipée

Derrière la courte bulle de la R1M, se planque un compteur tout en couleur. Certes un poil petit par rapport à ceux qui équipent la concurrence, il est néanmoins lisible tout en renfermant un grand nombre d’informations. On peut y régler la dureté des suspensions à réglage électronique depuis le commodo gauche, changer l’affichage du compteur (route ou circuit), modifier l’intervention du contrôle de motricité, la réponse de la poignée de gaz, le niveau de glisse de la roue arrière…

Pour aller encore plus loin, cette version M de la R1 est équipée de série d’un capteur GPS lui permettant de fournir toutes les informations à la manière d’une acquisition de données. Un must !

Comparo Yam R1M VS R6 - R6 roulage profil gauche
La R6 possède une meilleure vitesse de passage en courbe,
tout en se montrant performante dans les changements d’angle.
(Photo Thomas Cortesi)

125 € le cheval d’argent

Mieux finie, mieux équipée, la Yamaha R1 est aussi logiquement plus puissante grâce à sa cylindrée supérieure. Notre banc de puissance relève 80 ch de différence, avec 191 ch mesurés au vilebrequin pour la R1, pour un couple de 11,1 mkg.

Cette dernière valeur est quasi deux fois supérieure à celle fournie par le petit quatre-cylindres en ligne de 599 cm3, dont le couple maxi culmine à 5,9 mkg. Dans ses entrailles, la R1 use de la technologie Cross Plane qui offre ce caractère si particulier au quatre-cylindres et cette sonorité spécifique.

Et avec une telle différence de cavalerie, les performances s’en ressentent. Sur nos mesures, la R1M gagne 0”7 sur un 0 à 100 km/h, 1”2 sur un 0 à 130 km/h et jusqu’à 2”6 au jeu des reprises de 50 à 90 km/h sur le dernier rapport. Une valise.

Comparo Yam R1M VS R6 - R1 roulage 3/4 av gauche
Les 191 ch de la R1M la catapultent d’un virage à l’autre avec une force incroyable. (Photo Thomas Cortesi)

Rendez-vous sur circuit

Le manque de couple du 600 se fait réellement sentir dans cet exercice. D’accord, à 125 € le cheval, ça fait cher le canasson, même à poils dorés, mais les secondes se comptent par poignées. En termes de performances, la R1M fait le trou et la R6 ne peut s’accrocher, même à l’aspi.

Sur le papier, la “grosse” l’emporte logiquement. Mais quelle est la différence sur un tour du circuit de Nevers Magny Cours ? Un tracé mêlant parties rapides et lentes, parfait pour être le juge de ce duel.

Comparo Yam R1M VS R6 - statique 2 motos
D’un simple coup d’œil, difficile de distinguer ces deux-là. C’est en s’approchant qu’on découvre les différences. (Photo Thomas Cortesi)

Vélo contre moto

Si la R1M est plus puissante, elle est aussi plus lourde de 11 kg. Et avec l’inertie plus importante de son moteur, elle se montre bien plus physique à emmener que la R6. Cela se ressent d’ailleurs sur les changements d’angles qui ponctuent le circuit de Magny Cours.

Au guidon de la R6, on se croit sur un vélo, tant elle est légère, vive. Sur les premiers tours de piste, on se surprend à rejoindre le point de corde presque trop rapidement. La R6 vire littéralement sur elle-même, en permettant au pilote de rentrer très vite dans les virages sans forcer tout en conservant une bonne vitesse de passage en courbe.

Comparo Yam R1M VS R6 - roulage 2 motos
Les deux Yam’ partagent indéniablement un ADN commun : un châssis hyper affûté !(Photo Thomas Cortesi)

Une R6 réellement évidente

Dans les chicanes dont le circuit nivernais raffole (quatre au total, plus ou moins ouvertes), la R6 se positionne toujours avec précision et rapidité pour une efficacité maximale en sortie. On la jette de droite à gauche avec une facilité déconcertante sans forcer pour rejoindre le point de corde, qu’elle vise naturellement.

Quelle que soit la phase de pilotage, la R6 met toujours en confiance grâce à sa facilité d’utilisation, son poids contenu et le feeling général qu’elle offre. Au travers des demi-guidons, on a l’impression de sentir le moindre gravillon sous la roue avant.

 Comparo Yam R1M VS R6 - tdb R1M
Le tableau de bord de la R1M est entièrement numérique. Les informations fourmillent et la lecture est très aisée. (Photo Thomas Cortesi)

Qui donne vite la banane

Du coup, on enchaîne les tours sans effort (tout est relatif) en prenant un malin plaisir à essayer de rentrer de plus en plus vite dans les virages, tout en touchant les points de corde pour ensuite ressouder la poignée de gaz au plus tôt.

Il faut dire que les 112 ch (la nouvelle R6 est un peu moins puissante que la précédente à cause de la norme Euro 4) placés très haut dans les tours arrivent de façon progressive et permettent de réaccélérer tôt sans craindre la figure de style haut dans les airs.

Comparo Yam R1M VS R6 - tdb R6
L’instrumentation de la R6 est plus simple. (Photo Thomas Cortesi)

Contrôle de traction à rude épreuve

Très creux dans le bas du compte-tours, sa puissance augmente de façon progressive passée les 8 000 tr/mn pour bénéficier ensuite d’une belle allonge. On serait presque déçu par son côté linaire qui gomme les sensations. Cependant, pour limiter toute dérobade fortuite du train arrière, la R6 est tout de même équipée depuis cette année d’un contrôle de motricité qui fonctionne de manière très discrète.

Mais il a beaucoup, beaucoup moins de boulot que celui de la R1M, qui s’efforce de contenir une cavalerie bien plus énervée. A chaque sortie de virage, la R1 s’extrait avec une force impressionnante. En passant de la R6 à la R1, on a l’impression de passer de la fronde à la catapulte !

Le “1000” décoiffe dès les bas régimes pour vous arracher le guidon des mains passé les 8 000 tr/mn jusqu’à la zone rouge située loin, très loin, à 14 000 tr/mn. Le pilote doit s’efforcer de garder la roue avant au sol en gérant la poignée de gaz tout en faisant confiance au contrôle de wheeling.

Comparo Yam R1M VS R6 - statique 2 motos face
Malgré un gabarit similaire, 11 kg séparent les deux motos. Sur la piste, on les ressent. (Photo Thomas Cortesi)

Contre une R1M grisante de patate

Impossible de souder la poignée de gaz aussi tôt dans le virage qu’avec la R6 tant la puissance et le couple déferlent, même si la R1 possède, comme sa petite sœur, une très bonne motricité. D’autant que la connexion poignée d’accélérateur-roue arrière offre la précision nécessaire pour gérer au mieux cette puissance.

Par rapport à la R6, où l’on soigne au maximum ses trajectoires pour gagner en vitesse de passage en courbe, tout en oubliant un peu le moteur moins démonstratif, au guidon de la R1, mieux vaut s’accrocher aux branches et réfléchir un minium avant de tourner franchement la poignée droite. Cette sensation d’accélération est grisante, enivrante.

Comparo Yam R1M VS R6 - 2 motos statique profil droit
38 ans de carrière cumulés sur cette photo. Respect ! (Photo Thomas Cortesi)

Précision

Plus physique à piloter à cause de la puissance de son moteur et des accélérations décoiffantes qu’elle offre, la R1 possède aussi un excellent châssis. Rigide, virant d’un bloc, son train avant incisif rassure son pilote, permettant une mise sur l’angle rapide et précise.

On retrouve d’ailleurs bien l’esprit Yamaha au guidon des deux motos, qui se ressemblent dans leur comportement, bénéficiant toute les deux d’un châssis très rigide et d’une position de conduite pensée pour la piste. On regrette seulement un ABS (non déconnectable) qui se déclenche un peu tôt sur la R1, rallongeant les distances de freinage.

Avec ses 11 kg de moins, on n’a pas ce problème sur la R6, pourtant équipée de durits en caoutchouc. Au guidon de la “1000”, il faut d’ailleurs plus la ralentir dans les virages lents que sa petite sœur, qui vire avec plus d’aisance grâce à son poids plus contenu et à sa moindre inertie.

Comparo Yam R1M VS R6 - 2 motos stands
Ces deux sœurs sont clairement conçues pour taquiner la performance sur circuit.
(Photo Thomas Cortesi)

5 555 € la seconde

1’54”34 pour la R6 et 1’52”54 pour la R1M pour boucler les 4,4 km du circuit de Magny-Cours, soit un écart de 1”8 , ça commence à faire un peu cher la seconde. Si la puissance de la R6 est bien inférieure, elle file comme un éclair dans les enchaînements de virages, reprenant un peu de terrain à la R1, avant de reperdre quelques longueurs à chaque accélération.

Et si le côté grisant des accélérations de la R1 manque, on prend un réel plaisir au guidon de la R6, en soignant ses trajectoires, ses freinages, son accélération pour optimiser les sorties de virages. Alors d’accord la R6 est derrière, mais la tête (de fourche) haute.

Notre verdict : victoire R1M

Au chrono, le classement est sans appel, la Yamaha R1M domine la R6. Logique. Mais l’écart de 1”8 n’est pas si conséquent et avec une différence de tarif de 9 800 €, le prix de la seconde s’envole à plus de 5 000 €. Alors pourquoi ne pas rêver d’une R6 préparée, libérée de quelques chevaux sans que son prix s’envole.

Mais sa finition, son équipement et sa technologie embarquée ne seront toujours pas au niveau de la R1M suréquipée et magnifiquement finie, tout en offrant des sensations dingues à l’accélération. D’où la différence de prix.

Par Matthieu Cayrol

Les conditions de l’essai

Deux journées de roulage sur le circuit de Magny-Cours, avec une température de 20° environ. Les deux motos étaient chaussées de pneumatiques Dunlop GP Racer D212 en dureté médium à l’avant et endurance à l’arrière.

Yamaha R1M

Les plus

  • Le caractère et la puissance du moteur
  • La qualité de fabrication de l’équipement
  • La précision du châssis

Les moins

  • Le prix
  • Le fading sur certains freinages

Prix : 23 799 € (octobre 2017)

Poids mesuré avec les pleins : 202,6 kg

Puissance mesurée : 191 ch (au vilo)

 

Yamaha R6

Les plus

  • L’allonge du moteur
  • Le châssis efficace
  • la facilité et l’agilité

Les moins

  • Le moteur peu sensationnel
  • Le prix

Prix : 13 999 € (octobre 2017)

Poids mesuré avec les pleins : 191 kg

Puissance mesurée : 112,5 ch (au vilo)

Photos

Comparo Yam R1M VS R6 roulage 3/4 av gauche
Presque 10 000 € séparent ces deux frangines sur le papier. Mais une fois sur la piste… (Photo Thomas Cortesi)
Comparo Yam R1M VS R6 - commodo R1
Le commodo gauche de la R1M permet de gérer le tableau de bord. (Photo Thomas Cortesi)
Comparo Yam R1M VS R6 - train avant R1
Le train avant de la R1M est lourdement équipé. Dommage que du fading se fasse sentir sur les gros freinages. (Photo Thomas Cortesi)
Comparo Yam R1M VS R6 - bras oscillant R1
L’énorme bras oscillant de la grande “R” en alu poli en jette un max.
(Photo Thomas Cortesi)
Comparo Yam R1M VS R6 - carénage R1
La version M de la R1 est chère, mais elle en offre pour son argent !(Photo Thomas Cortesi)
Comparo Yam R1M VS R6 - face avant R1
La R1 doit sa gueule de moto de course à ses phares planqués sous la tête de fourche. (Photo Thomas Cortesi)
Comparo Yam R1M VS R6 - arr R1
Arrière R1M. (Photo Thomas Cortesi)
Comparo Yam R1M VS R6 - commodo gauche R6
Le commodo gauche de la R6 est logiquement moins fourni que celui de sa sœur. (Photo Thomas Cortesi)
Comparo Yam R1M VS R6 - train av R6
Le freinage de la R6 est excellent, mais dommage que les durits avia ne soient pas de série. (Photo Thomas Cortesi)
Comparo Yam R1M VS R6 - arr R6
Arrière R6. (Photo Thomas Cortesi)
Comparo Yam R1M VS R6 - carénage R6
Les feux de jours de la R6 sont légèrement courbés. (Photo Thomas Cortesi)
Comparo Yam R1M VS R6 - ava,t R6
Les feux avant demeurent cachés sous le carénage. (Photo Thomas Cortesi)

Vos avis