Comparo Honda Africa Twin vs Honda X-ADV : L’aventure automatique

Avec l’Africa Twin équipée d’une boîte auto à double embrayage et son scooter X-ADV, Honda propose deux engins à la philosophie différente pour s’échapper loin. Et sous leur costume de baroudeurs, ils cachent de bonnes aptitudes au voyage et hors des sentiers battus.

Par Matthieu Cayrol

Comparo Honda Africa Twin X-ADV 3/4 avant droit
Deux engins, et deux façons de voyager chez Honda. (Photo Alex Krassovsky)

L’heure des voitures autonomes a bientôt sonné. On y voyagera dos à la route, en sirotant un café servi depuis le tableau de bord. Rassurez-vous, ce n’est pas encore le cas du côté des 2-roues, même si Honda a présenté au dernier Salon de Milan un prototype de moto autonome Riding assist-e assez évolué.

Sur nos deux machines, c’est uniquement la boîte qui est automatique. L’Africa Twin dans sa version DCT (+ 1 000 € vs boîte mécanique) et le scooter X-ADV sont tous deux dotés d’une transmission à 6 rapports à double embrayage. Plus besoin de tâcher d’un gros rond noir sa chaussure gauche avec le sélecteur ou de forcer sur l’embrayage, tout est géré par les calculateurs. Et d’une belle manière.

Comparo Honda Africa Twin X-ADV 3/4 avant gauche
Malgré son statut de scooter, le X-ADV suit sa grande sœur sans mal. (Photo Alex Krassovsky)

Battle de boîte double embrayage

Le X-ADV possède d’ailleurs une petite longueur d’avance sur la gestion de la boîte. Accouplée à un bicylindre en ligne de 745 cm3 développant seulement 54 ch, le système de transmission offre des démarrages des plus naturels. La gestion de l’embrayage est instinctive, que ce soit au moment de s’élancer ou lors des changements de vitesse.

En ville, le X-ADV se défait des bouchons en toute tranquillité. Les mains posées sur le large guidon typé cross et les fesses installées sur l’épaisse selle, on domine la circulation. L’agrément et la réactivité de l’ensemble moteur-boîte est idéale dans ces conditions. De plus, le centre de gravité placé bas offre un équilibre certain facilitant les manœuvres.

Honda Africa Twin 2017 essai 3/4 avant droit
Sur petites routes, autoroutes et chemins, l’Africa Twin est à l’aise partout. (Photo Alex Krassovsky)

Double jeu

Avec un gabarit plus imposant, une hauteur de selle plus importante et une grande roue de 21 pouces, l’Africa Twin demande plus d’attention au moment de slalomer entre les voitures à très basse vitesse. Contrairement à un embrayage mécanique commandé par le pilote, l’automatique de l’Africa Twin demande un temps d’adaptation pour les évolutions à vitesse réduite.

Car si on peut gérer facilement le frein arrière au guidon avec le scooter, avoir un pied sur la pédale droite tout en évoluant au milieu des voitures au ralenti demande plus d’attention avec l’Africa. Le plus perturbant étant à froid, ou la gestion est plus approximative, avec un embrayage qui “colle” un peu tard. Pas évident pour sortir de son parking l’esprit tranquille.

Honda X-ADV 2017 essai 3/4 avant gauche
On aimerait seulement que le bicylindre du X-ADV soit un peu plus démonstratif. (Photo Alex Krassovsky)

Douceur au rendez-vous 

Mais une fois la température de fonctionnement atteinte, l’embrayage retrouve sa douceur de fonctionnement et la boîte égrène rapidement et en douceur les 6 rapports. En mode D, on se retrouve souvent à la limite du sous-régime, en sixième à 60 km/h, avec un régime flirtant avec les 2 000 tr/mn. Mais dès que l’on tourne la poignée pour doubler, les rapports descendent en un éclair pour bénéficier de belles reprises.

Quel régal de ne s’occuper de rien, juste de tourner la poignée plus ou moins vite en fonction de l’humeur, et des voitures à doubler. Selon la rapidité d’action de la main droite, la gestion de la boîte s’adapte en conservant plus ou moins longtemps le rapport engagé, pour ensuite revenir à un mode plus tranquille une fois que le rythme ralenti, avec parfois un temps de latence.

Honda Africa Twin 2017 essai profil droit
L’Africa Twin possède toutes les caractéristiques d’une moto pensée pour la route, mais aussi pour le TT. (Photo Alex Krassovsky)

Pichenette du pouce

Les plus énervés peuvent basculer sur le mode Sport, réglable sur trois niveaux, qui offre une gestion de boîte plus dynamique. Les vitesses sont “tirées” plus longtemps pour profiter de toute la puissance du bicylindre parallèle.

Sans être très démonstratif, le moteur de 998 cm3 offre un bel agrément et, surtout, un caractère agréable. Pour en profiter davantage, on peut opter pour une utilisation manuelle de la boîte automatique. L’embrayage est toujours automatique, mais on passe les rapports avec l’index et on les descend d’une pichenette du pouce. Et à chaque appui, la vitesse passe en un éclair, plus rapidement qu’avec une boîte traditionnelle.

Honda X-ADV 2017 essai profil droit
Le X-ADV propose des lignes tranchées, et dénote dans le monde du scooter. (Photo Alex Krassovsky)

Hors des sentiers battus

Même s’il faut un temps d’adaptation pour s’habituer à la grande roue avant de 21 pouces, cette caractéristique se fait oublier au fil des kilomètres. Question comportement routier, l’Africa Twin est irréprochable, tout comme le X-ADV d’ailleurs. Son châssis est neutre, instinctif. Jamais la CRF 1000 (c‘est son nom aussi !) n’impose de mouvements parasites ou des réactions malvenues.

Elle trace sa route en toutes circonstances en offrant à son pilote un bel agrément de conduite. La garde au sol est insondable et même s’il faut un peu forcer à son guidon pour la faire changer d’angle, tout se fait en douceur. On retrouve cette facilité de conduite en tout-terrain. Les grands débattements de suspensions et la roue avant de 21 pouces semblent avaler les cailloux et les bosses sans jamais broncher. L’Africa Twin encaisse.

Honda Africa Twin 2017 essai duo
Il faut bien lever la patte pour grimper derrière le conducteur. Une fois installé, on est bien sur le trail Honda ! (Photo Alex Krassovsky)

Avantage Africa Twin en TT

On ne peut en dire autant du X-ADV. Même si le scooter s’en sort plutôt bien en tout-terrain, sa faible garde au sol (pour un engin TT) n’incite pas à envoyer des gros jumps, au risque de frotter le carter moteur en aluminium. En outre, les petites roues encaissent plus difficilement les gros chocs et guident moins bien le train avant. Petite consolation au niveau de la position de conduite, avec l’ajout de repose-pieds typés cross en option qui permettent de se dresser, mais avec une position de conduite moins naturelle qu’au guidon de la moto.

Honda X-ADV 2017 essai duo
La position du passager reste confortable. Mais le X-ADV est un ton en-dessous de l’Africa Twin dans ce domaine. (Photo Alex Krassovsky)

Efficacité

En revanche, sur petites routes, le X-ADV est bluffant. En plus d’être confortable pour un scooter, il se montre efficace en toute circonstances. La garde au sol est élevée et les prises d’angle dynamiques. On peut le brusquer pour entrer dans une épingle, le X-ADV dandine un peu du popotin, tout en conservant le cap imposé par son pilote. Bien mené sur route sinueuse, il pourra surprendre bon nombre de motards.

En entrée de virage, on est aidé par un système de freinage efficace. A l’avant, on dispose de deux gros étriers de freins pour stopper ses 240 kg, et le frein arrière commandé depuis le guidon se gère parfaitement pour aider à le faire tourner. On peut ensuite accélérer très tôt tout en relâchant graduellement le levier.  Par ailleurs, le train avant possède de sérieuses qualités, avec une fourche (réglable en précharge et détente) qui donne un bon retour d’informations au pilote.

Honda Africa Twin 2017 essai 3/4 avant gauche
L’agrément général délivré par l’Africa Twin est remarquable. (Photo Alex Krassovsky)

X-ADV à la peine en accélération…mais pas en reprises

Evidemment, au chapitre performances, le X-ADV reste bien en dessous de l’Africa Twin. Il faut dire que la moto possède un moteur quasiment deux fois plus puissant, avec 95 ch annoncés. Les accélérations de l’Africa Twin sont plus franches, avec un 0 à 100 km/h expédié en 4”0, contre 5”4 pour le scooter.

En revanche, au niveau des reprises, les différences sont moindres avec seulement 0”3 d’écart de 50 à 90 km/h et 1”3 de 90 à 130 km/h. Ce sont d’ailleurs ces chiffres qui sont importants pour voyager sereinement. Chose dont s’affranchit parfaitement le X-ADV.

Honda X-ADV 2017 essai 3/4 avant droit
A l’aise en ville, le scooter Honda séduit aussi dans le sinueux. (Photo Alex Krassovsky)

Capacités routières

Lorsqu’il faut tracer la route, le X-ADV étonne. La bulle réglable manuellement protège bien le haut du corps, tandis que la face avant s’occupe de dévier le vent des jambes. On trouve même des protèges mains repoussant le moment d’apparition de l’onglée en plein hiver. En y ajoutant 1 048 €, on peut opter pour le pack confort qui intègre les poignées chauffantes, les feux additionnels et les pare-carters.

De plus, le confort de suspensions est de bon niveau, tout comme celui de la selle. Un vrai couteau suisse, ce scooter. On regrette tout de même un tunnel central (qui cache le moteur) un peu large, obligeant le pilote à avoir les jambes un peu à l’extérieur et compliquant de fait l’accès à bord.

Honda Africa Twin 2017 essai 3/4 arrière gauche
Avec une roue de 21 à l’avant et une fourche à grands débattements, l’Africa Twin encaisse tout ce qui passe. (Photo Alex Krassovsky)

Plus grande autonomie pour l’Africa

D’un côté, on n’est pas mieux loti au guidon de l’Africa Twin avec des jambes bien exposées aux intempéries. Les cuisses sont tout de même un peu protégées par le large réservoir, tandis que le haut du corps se cache derrière la petite bulle qui dévie correctement l’air pour un motard d’un mètre soixante-dix.

Avec 18 litres dans le réservoir et une consommation qui peut vite monter à 6,5 l/100 km sur autoroute à bon rythme, la réserve s’allume peu après 230 km. Ce qui est finalement pas mal, vu que la selle est un peu dure pour le fessier passé un certain temps. Heureusement que les suspensions à grand débattements offrent tout le moelleux qu’on attend. Cependant, l’enfoncement de la fourche sur les freinages d’urgence peut perturber.

Baroudeurs pas donnés

L’Africa Twin fait cher payer ses qualités : 14 399 € contre 11 499 € pour le X-ADV. Cependant, plus de 11 000 € pour un scooter, ça commence à chiffrer. D’accord, le X-ADV se démarque avec une gueule tranchée, des capacités routières certaines et une finition de bon niveau. Les plastiques sont de bonne qualité et correctement ajustés et l’équipement présent. Béquille centrale, clé par transpondeur, suspensions réglables, large pare-brise réglable, feux à leds, large tableau de bord… tout y est. Alors on n’a pas trouvé l’option cafetière sur le tableau de bord et l’Africa Twin n’est pas prévue pour accueillir un pilote qui roupille sur la selle en roulant. Le plaisir de conduite est sauf !

Verdict

Le Honda X-ADV s’adresse en priorité aux motards urbains. Ultra à l’aise dans la circulation, doté d’un coffre sous la selle et d’une bonne garde au sol, il est l’outil parfait des cadres pressés.

De plus, il nous a aussi surpris par sa capacité à voyager avec sa bonne protection aérodynamique et son confort. Sans déborder de puissance, son moteur se montre efficace en toutes circonstances avec des reprises correctes.

Mais face à une moto du calibre de l’Africa Twin, le X-ADV doit s’incliner. Hormis en ville où elle est plus handicapée que le scooter, l’Africa fait tout mieux. Parfois de peu, mais que ce soit sur route, autoroute ou en chemin, elle se démarque à chaque fois.

Classement final

1 – Honda Africa Twin

2 – Honda X-ADV

Honda CRF 1000 L Africa Twin DCT

On aime                                                  On n’aime pas

La rapidité de la boîte                               L’encombrement en ville

L’aptitude au tout chemin                       La gestion de l’embrayage moteur froid

L’agrément général

Le mariage du twin avec la boîte auto

Honda X-ADV

On aime                                                        On n’aime pas

La finition                                                          Le tunnel trop large

Ses capacités routières                                    Que ce soit un scooter

Son châssis et son confort

La boîte auto bien gérée

Les conditions de l’essai

2 500 km, dont la moitié sur autoroute pour aller chercher le beau temps dans le sud de la France. Une fois sortis de l’A7, des virolos à gogo nous ont tendu les bras sous un soleil radieux ; tantôt sur des revêtements ultralisses, tantôt sur du bitume défoncé, et même hors des sentiers battus. Notre Africa Twin (en essai longue durée à la rédac) totalisait 37 000 km, le X-ADV seulement 5 300 km. La CRF chaussait des Metzeler Tourance Next (à chambre), le scoot des Bridgestone Trail Wing.

Fiche technique Africa Twin

  • Puissance :  95 chevaux
  • Poids : 242 kg avec les pleins
  • Couple maxi : 9,98 mkg à 6000 tr/min
  • Réservoir : 18,8 litres
  • Cylindrée : 998 cm3
  • Architecture moteur : bicylindre parallèle calé à 270°
  • Boîte de vitesse : 6 rapports, automatique à double embrayage
  • Suspension avant : fourche inversée Showa Ø 45 mm (230 mm)
  • Suspension arrière : mono amortisseur Pro-Link Showa (220 mm)
  • Freinage avant : 2 disques Ø 310 mm, étriers à 4 pistons à fixation radiale
  • Prix : 14 399 € (décembre 2017)

Fiche technique X-ADV

  • Puissance :  54 chevaux
  • Poids : 238 kg avec les pleins
  • Couple maxi : 6,9 mkg à 4750 tr/min
  • Réservoir : 13,1 litres
  • Cylindrée : 745 cm3
  • Architecture moteur : bicylindre parallèle
  • Boîte de vitesse : 6 rapports, automatique à double embrayage
  • Suspension avant : fourche inversée Showa Ø 45 mm (153,5 mm)
  • Suspension arrière : mono amortisseur Pro-Link Showa (150 mm)
  • Freinage avant : 2 disques, étriers à 4 pistons à fixation radiale
  • Prix : 11 499 € (décembre 2017)

Les photos de l’essai

Honda X-ADV 2017 essai tableau de bord
Le tableau de bord du X-ADV est agréable à regarder. Les nombreuses informations sont accessibles directement. (Photo Alex Krassovsky)
Honda X-ADV 2017 essai contacteur
Le contacteur du X-ADV est simple et efficace. (Photo Alex Krassovsky)
Honda X-ADV 2017 essai repose-pieds
Les repose-pieds additionnels du X-ADV sont montés sur des platines en aluminium. (Photo Alex Krassovsky)
Honda X-ADV 2017 essai train avant
L’équipement est de bon niveau sur le scooter Honda. Fourche et freinage font très bien le boulot. (Photo Alex Krassovsky)
Honda X-ADV 2017 essai réglage fourche
Sur le X-ADV, la fourche peut s’ajuster en précharge et en détente. Elle possède, de plus, un grand débattement. (Photo Alex Krassovsky)
Honda X-ADV 2017 essai bulle
La bulle du X-ADV est réglable manuellement et offre une bonne protection. (Photo Alex Krassovsky)
Honda X-ADV 2017 essai selle
Le porte-paquets est optionnel. (Photo Alex Krassovsky)
Honda X-ADV 2017 essai frein à main
Le X-ADV possède un frein à main. (Photo Alex Krassovsky)
Honda X-ADV 2017 essai coffre
Le coffre sous la selle du X-ADV peut accepter un casque intégral. (Photo Alex Krassovsky)
Honda X-ADV 2017 essai bouchon réservoir
Petit bémol avec ce bouchon de réservoir vide sur le X-ADV.
(Photo Alex Krassovsky)
Honda Africa Twin 2017 essai protection tubulaire
Les protections tubulaires et l’éclairage additionnel s’échangent contre 990 €. (Photo Alex Krassovsky)
Honda Africa Twin 2017 essai bulle
La petite bulle d’origine protège correctement. Une bulle haute existe en option à 159 €. (Photo Alex Krassovsky)
Honda Africa Twin 2017 essai porte-paquets
Toujours en option, le porte-paquets peut recevoir un top-case de 35 litres, moyennant 490 €. (Photo Alex Krassovsky)
Honda X-ADV 2017 essai boîte automatique
La boîte à double embrayage ajoute 10 kilos à l’Africa Twin. (Photo Alex Krassovsky)
Honda Africa Twin 2017 essai commodo gauche
Le commodo gauche de l’Africa Twin est bien fourni, mais son ergonomie est mal conçue. (Photo Alex Krassovsky)
Honda Africa Twin 2017 essai commodo droit
On gère sur le commodo droite le passage du point mort aux modes D ou S. (Photo Alex Krassovsky)
Honda Africa Twin 2017 essai amortisseur
La précharge de l’amortisseur s’ajuste facilement sur l’Africa-Twin. (Photo Alex Krassovsky)
Honda Africa Twin 2017 essai tableau de bord
En deux parties et placé en haut, le tableau de bord de l’Africa est bien lisible. (Photo Alex Krassovsky)

Laisser un commentaire à Antoine C Annuler

  1. christobale le 23/01/2018 at 3 h 03 min

    un scooter tout terrain …. un trail boite auto … yam nous sort une becane a trois roues … a quand le trial rando de 200 cv ou la sportive mono roue ?? et si la veritable innovation etait de nous proposer des becanes abordables pour rouler au quotidien ? entre un neo retro tape cul avec 150 km d autonomie et une reine du desert a 20 000 boules qui ne franchira que des trottoirs y a peut etre des becanes simples a reinventer pour des client qui ne sont pas que des jambons décérébré en soif d image … je precise que je ne suis pas pour le retour de la 125 MZ ( la classe …)
    sinon j ai essayé l africa d un copain en boite manuelle … une vrai honda ,donc efficace mais zero sensation … il la revend ( 3 pannes electriques successives) un client pour le scoot tt ?

  2. Antoine C le 13/01/2018 at 22 h 11 min

    J’ai une AT DCT depuis près d’un an. Je suis d’accord sur le fait que la gestion de l’embrayage moteur froid est capricieuse. Toutefois, il existe un solution très simple pour résoudre le problème. Il suffit de laisser chauffer le moteur pendant qu’on met ses gants et son casque. Je viens de faire un démarrage à froid par 5 degré tout à l’heure et aucun broutage au démarrage après l’avoir laissée chauffer.

  3. Renaud le 03/01/2018 at 1 h 36 min

    Essai incomplet !
    Laquelle est la plus adaptée pour partir à la chasse à la voiture autonome?
    Laquelle offre le plus de facilité pour le montage de lance roquettes latéraux ?